[DEAUVILLE] : Le Grand prix du Festival revient aux « Bêtes du sud sauvage »

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 08/09/2012 à 20H31
Le réalisateur Behn Zeitlin aux côtés de Sandrine Bonnaire et des membres du jury du Festival de Deauvillle 2012

Le réalisateur Behn Zeitlin aux côtés de Sandrine Bonnaire et des membres du jury du Festival de Deauvillle 2012

© Christophe Meunier - Culturebox

Le grand prix du Festival du cinéma américain de Deauville a été décerné samedi soir aux « Bêtes du sud sauvage » de Behn Zetlin », qui a également été récompensé du Prix de la révélation Cartier, le film étant déjà lauréat du Prix du Festival de Sundance et de la Caméra d’or à Cannes. « Le prix du jury est revenu à « Una Noche » de Lucy Mulloy.

https://videos.francetv.fr/video/NI_132459@Culture

Grand prix : « Les Bêtes du sud sauvage » de Behn Zetlin
Prix du jury : « Una Noche » de Lucy Mulloy
Prix de la révélation Cartier : « « Les Bêtes du sud sauvage » de Behn Zetlin
Prix de la critique internationale : « The We and the I » de Michel Gondry

La bande-annonce des "Bêtes du sud sauvage" de Behn Zetlin

Un palmarès en phase avec le public
En récompensant « Les Bêtes du sud sauvage » de Behn Zetlin, le jury de la compétition officiel s'est justifié par la voix de sa présidente, Sandrine Bonnaire. "Le jury, a-t-elle confié, a longuement délibéré vendredi soir, hésitant à récompenser ce film car il a déjà été honoré dans de nombreux autres festivals. Mais quand c'est beau, il faut le reconnaître", a-t-elle lancé.

Cette décision recoupe le sentiment du public qui a fait un triomphe au film lors de sa présentation vendredi matin. Behn Zetlin, qui venait de recevoir le Prix de la révélation Cartier, avait déclaré qu'il avait été "très ému par l'accueil du public à l'issue de cette projection. C'est tellement bon d'être loin de chez soi et de se sentir compris", a-t-il dit.

"Una Noche" de Lucy Mulley

"Una Noche" de Lucy Mulley

© Fortissimo Films
 

Le jury a également décerné son prix à "Una Noche" film anglo-américano-cubain de Lucy Mulloy, jeune réalisatrice britannique qui signe son premier film. Très émue, "Je n'y crois pas, je tremble", a-t-elle balbutié, ajoutant "Je me sens tellement soutenue par ce prix, en tant que cinéaste". Le film avait également fait une grosse impression sur le public lors de sa présentation.

La réalisatrice Lucy Mulloy et Sandrine Bonnaire au 38e Festival du cinéma amricain de Deauville

La réalisatrice Lucy Mulloy et Sandrine Bonnaire au 38e Festival du cinéma amricain de Deauville

© Christophe Meunier - Culturebox

Le consensus est moins patent avec le choix de la critique internationale qui a remis son prix à "The We and the I", que Michel Gondry à réalisé sous bannière américaine, le film ayant reçu un accueil plutôt frisqué du public.

La bande-annonce de "The We and the I" de Michel Gondry :