Rétrospective Polanski à la Cinémathèque : un choix assumé malgré les protestations des associations féministes

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 26/10/2017 à 11H15, publié le 26/10/2017 à 11H14
Roman Polanski à Cracovie en Pologne (octobre 2015)

Roman Polanski à Cracovie en Pologne (octobre 2015)

© Beata Zawrzel / NurPhoto / AFP

Malgré les protestations de féministes rappelant les accusations d'agressions sexuelles dont le cinéaste franco-polonais Roman Polanski fait l'objet, la Cinémathèque française a défendu mercredi sa décision de lui consacrer une rétrospective, du 30 octobre au 3 décembre.

"Nous ne décernons ni récompenses ni certificats de bonne conduite. Notre ambition est autre : montrer la totalité des oeuvres des cinéastes et les replacer ainsi dans le flux d'une histoire permanente du cinéma", souligne la Cinémathèque alors qu'une rétrospective Polanski doit se dérouler du 30 octobre au 3 décembre.
Rétrospective Polanski à la Cinémathèque : un choix assumé Rétrospective Polanski à la Cinémathèque : un choix assumé

Une demande qualifiée par la Cinémathèque de "censure pure et simple"

"Fidèle à ses valeurs et à sa tradition d'indépendance, la Cinémathèque n'entend se substituer à aucune justice", indique l'institution présidée par le réalisateur Costa-Gavras dans un communiqué, dénonçant une demande de "censure pure et simple". 

"De ce point de vue, l'oeuvre de Polanski, entre films de genre et confessions douloureuses, raconte rien moins que le XXe siècle, ses innombrables tragédies et leur nécessaire et souvent sublime mise en spectacle. Elle nous paraît donc plus que jamais indispensable", insiste l'établissement culturel.

"Par la négation des faits criminels qui lui sont reprochés, la Cinémathèque participe à l'idée que violer une enfant ce n'est pas si grave"

Mardi, l'association Osez le féminisme avait accusé la Cinémathèque française de "participer à la culture de l'impunité des violences masculines" et avait appelé à un rassemblement lundi soir lors de l'inauguration de la rétrospective, en présence du réalisateur. Il doit présenter son dernier film "D'après une histoire vraie" avec Emmanuelle Seigner et Eva Green, lors d'une séance privée.

"Par la négation des faits criminels qui lui sont reprochés, la Cinémathèque participe à l'idée que violer une enfant ce n'est pas si grave devant le +génie de l'artiste+", dénonce l'association "Osez le féminisme".

En début d'année, Roman Polanski avait renoncé à présider la cérémonie des César, sous la pression de féministes. Il fait l'objet de poursuites aux États-Unis depuis 40 ans pour le viol d'une mineure qu'il a toujours nié. Depuis l'affaire Weinstein aux États-Unis, deux nouvelles femmes sont sorties de l'ombre pour l'accuser de les avoir agressées sexuellement au début des années 70 alors qu'elles étaient mineures, des accusations formellement contestées par le réalisateur.