"Paris est une fête", un film social dont le premier rôle est la spontanéité

Par @Culturebox
Mis à jour le 29/04/2018 à 19H55, publié le 29/04/2018 à 19H39
Noémie Schmidt interprète Anna dans "Paris est une fête" 

Noémie Schmidt interprète Anna dans "Paris est une fête" 

© Capture d'image Culturebox

"Paris est une fête" n’est pas encore programmé dans nos salles de cinéma mais c’est déjà un phénomène sur les réseaux sociaux. Le teaser du film a fait près de quatre millions de vue sur Facebook. Un buzz qui a réveillé les professionnels du cinéma.

"Paris est une fête" est un film générationnel qui bouscule les codes du cinéma. Réalisé par une dizaine de copains passionnés de 7e art, ce long-métrage mêle scènes du réel et fiction dans un Paris sous tension.  

Les héritiers de la Nouvelle Vague ? 

Interview de Noémie Schmidt et Olivier Capelli, deux membres de l'équipe du film 

https://videos.francetv.fr/video/NI_1227445@Culture

"Paris est une fête" aurait dû être un court-métrage, une histoire d’amour qui se déroule pendant la fête de la musique de ce mois de juin 2014. Mais l’actualité en a décidé autrement. Plusieurs évènements, dont les attentats de Paris, ont bousculé les projets cinématographiques de ce petit groupe d’amis.

Paris est devenu un état d’urgence avec les attentats mais pas seulement. Il y a eu aussi la loi travail et Nuit debout.

Noémie Schmidt, comédienne

Des manifestations sur les places publiques qui ont changé la tournure du projet initial. Avec une petite caméra, l’équipe du film capte ces moments de tensions dans la capitale. Le scénario autour d’Anna, l’héroïne interprétée par Noémie Schmidt, est improvisé en fonction des situations. L’histoire du film s’écrit pendant le tournage qui va durer trois ans et demi jusqu'au discours d'Emmanuel Macron aux obsèques de Johnny Hallyday.  

Une génération désenchantée

"Peut-on croire en l’avenir quand la peur nous détermine ?".  Cette question porte l’ensemble du film même si l’équipe se défend d’apporter des réponses.  

On a eu envie de raconter une histoire sur Paris, sur notre génération. C’est vrai que ces trois années de tensions sur Paris ont créé de la peur, de l’animosité entre les êtres humains.

Noémie Schmidt, comédienne


Un film sans budget   

4000 euros, c'est le budget du film pendant le tournage. Il est actuellement en postproduction grâce à un financement participatif qui a rapporté plus de 90 000 euros. L’équipe espère le présenter à des festivals dès cet automne. Aucune date n’est pour l’heure fixée pour une sortie sur grand écran. Mais des discussions sont en cours avec des partenaires.