"Nymphomaniac" de Lars von Trier interdit en Turquie

Par @Culturebox
Mis à jour le 04/03/2014 à 14H07, publié le 04/03/2014 à 10H21
Charlotte Gainsbourg dans "Nymphomaniac - Volume 2" de Lars von Trier

Charlotte Gainsbourg dans "Nymphomaniac - Volume 2" de Lars von Trier

© Christian Geisnaes

Jugé pornographique, "Nymphomaniac", le film du réalisateur danois Lars von Trier, a été interdit de diffusion en salles en Turquie, suscitant une nouvelle levée de boucliers contre la censure dans le pays.

Le dernier film en deux parties de Lars von Trier, qui évoque la vie d'une nymphomane autoproclamée, avec notamment Charlotte Gainsbourg, devait être diffusé dans les salles turques à partir de la mi-mars. La commission de contrôle du cinéma, qui réunit notamment des représentants des ministères de la Culture, de l'Intérieur et de l'Education, s'est prononcée  pour son interdiction à une majorité de six voix pour et deux contre.

"Pornographique" et montrant des "scènes de violence contre les femmes"

Ce film "contient des scènes de sexe explicites", a déclaré le directeur général du cinéma au ministère de la Culture turque, Cem Erkul et à ce titre "fait partie de la catégorie des films pornographiques". Et d'ajouter qu'il montre "également des scènes d'extrême violence contre les femmes".  En revanche, si l'oeuvre ne peut pas être diffusée dans les cinémas  turcs, ce responsable du ministère a rappelé qu'elle le sera, le mois prochain, lors du prochain festival du film d'Istanbul.

Un autre membre de cette instance, Yamaç Okur, s'est opposé à cette interdiction. "Le film comporte des  scènes explicites mais aurait dû être diffusé avec une limite d'âge", a-t-il dit au journal Milliyet. En France, le film est sorti en janvier dernier avec interdiction aux moins de 12 ans pour le volume 1, et moins de 16 ans pour le volume 2. La Roumanie avait décidé d'interdire "Nymphomaniac 2", qui comporte des  scènes de sexes explicites, avant d'annuler cette mesure.

Vives réactions du réalisateur turc Nuri Bilge Ceylan

Plusieurs artistes turcs réputés ont dénoncé la décision de la commission, déplorant cette "nouvelle censure" du gouvernement islamo-conservateur du  Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, au pouvoir depuis 2002. "Je condamne fermement l'interdiction de Nymphomaniac alors qu'il existe en  Turquie une limite d'âge" dans les cinémas, s'est indigné sur Twitter le  réalisateur turc Nuri Bilge Ceylan, prix de la mise en scène 2008 ("Les trois  singes") et Grand prix 2011 ("Il était une fois en Anatolie") au Festival de  Cannes.
 
L'interdiction décidée par les autorités d'Ankara, empêtrées depuis la mi-décembre dans un scandale de corruption sans précédent, intervient après le vote le mois dernier d'une loi très controversée qui renforce le contrôle d'internet, dénoncée comme liberticide aussi bien en Turquie qu'à l'étranger.