Mostra de Venise : les premiers temps forts

Par @Culturebox
Mis à jour le 01/09/2018 à 15H57, publié le 01/09/2018 à 15H33
Lady Gaga foule le tapis rouge de la Mostra de Venise, le 31 août pour présenter le film "A star is born".

Lady Gaga foule le tapis rouge de la Mostra de Venise, le 31 août pour présenter le film "A star is born".

© Filippo MONTEFORTE / AFP

La 75e Mostra de Venise, ouverte le 29 août avec le film "First Man", offre chaque jour son lot de nouveautés, voire de surprises. A commencer par les débuts remarqués de Lady Gaga au cinéma, la découverte de l’ultime film inachevé d’Orson Welles, ou encore la présentation du nouveau film des frères Coen.

1.
Lady Gaga : une actrice est née

La popstar Lady Gaga a électrisé vendredi la Mostra où elle est venue présenter "A Star is Born", long métrage signé Bradley Cooper où elle fait ses débuts devant la caméra. Et selon les premiers spectateurs, une actrice est née à Venise. Dans ce troisième remake du film de William A.Wellman sorti en 1937, Lady Gaga révèle une nouvelle facette dans le rôle d'Ally, une chanteuse prometteuse mais qui doute de son talent. Au naturel, sans maquillage, fragile et hésitante, elle semble s'avérer plus convaincante que dans les excentricités , notamment vestimentaires, dont elle est coûtumière. Elle y donne la réplique à Badley Cooper en chanteur de country alcoolique sur le déclin qui va la propulser sur le devant de la scène.

2.
Un documentaire choc met en garde contre le retour de l'EI en Irak
Un documentaire choc, présenté jeudi à la Mostra de Venise, met en garde contre le retour de l'organisation de l'Etat islamique (EI) en Irak, où sa propagande est encore vivace et dangereuse. Alessio Romenzi et Francesca Mannocchi, les deux réalisateurs italiens de ce documentaire, ont passé 18 mois à la rencontre d'anciens combattants de l'EI et de leurs familles dans le cadre de ce film "ISIS, Tomorrow. The Lost Souls of Mosul", "l'EI demain. Les âmes perdues de Mossoul". Et ce qu'ils ont trouvé n'a guère de quoi rassurer l'Occident : l'idéologie jihadiste et violente de l'EI est bien vivante.Elle s'est même renforcée d'une certaine manière, les survivants de l'EI ayant juré de se venger, y compris et surtout par le biais des enfants qu'ils n'ont cessé d'endoctriner.
3.
Un inédit d'Orson Wells en avant-première
C'est l'un des événements exceptionnels de cette 75e édition, la présentation vendredi en avant-première mondiale d'un inédit d'Orson Wells "The Other Side of the Wind", resté inachevé pendant plus de 40 ans. Il s'agit du dernier film du réalisateur de Citizen Kane. Son tournage a duré six ans (1970-1976) mais suite à différents problèmes de production, et au décès du maître américain en 1985, il n'a jamais pu être mené à son terme. Tourné en noir et blanc, le film raconte les obsessions d'un réalisateur de cinéma joué par John Huston à l'occasion de son 70e anniversaire et ses difficultés pour tourner son ultime long métrage. L'oeuvre sera disponible en novembre sur Netflix.
4
La Mostra signe à son tour une charte pour la parité

La direction de la Mostra de Venise (qui a été critiquée pour son faible contingent de réalisatrices en compétition) a signé vendredi 31 août une charte en faveur de plus d'égalité hommes-femmes : à travers cette charte, similaire à celle signée par d'autres festivals, celui de Cannes le premier, la Mostra s'engage "à une présence féminine élevée au sein des structures de son organisation", mais aussi à "la transparence des informations relatives aux films reçus et sélectionnés" ainsi que dans "la composition des organes de direction et des comités de sélections". Le document a également été signé par Women In film Italia, association pour la défense de la parité et émanation du réseau mondial Women in film.
Né aux Etats-Unis en 1973, ce dernier compte environ 14.000 membres dans le monde et appuie l'initiative française 50/50 en 2020, prise par des personnalités pour la parité dans les métiers du cinéma.

5
Les frères Coen ont présenté un western à l'humour noir

Les frères Coen ont présenté vendredi 31 août à la Mostra de Venise un western plein d'humour noir et d'ironie, produit par la plate-forme audiovisuelle américaine Netflix. "La ballade de Buster Scruggs", portée par une brochette d'acteurs américains de premier plan - James Franco, Tim Blake Nelson, Liam Neeson, Brendan Gleeson et le chanteur Tom Waits - raconte six histoires en forme d'anthologie du western. Inspiré des films à sketch italiens des années 1970, ce long-métrage raconte la grande légende de l'Ouest, mettant en scène des histoires stéréotypes autour de la figure d'un cowboy chanteur, d'un braqueur de banques, d'un théâtre ambulant, d'un chercheur d'or ou des conversations dans la diligence.

6
Le film "First Man" dévoilé à Venise fait déjà polémique aux Etats-Unis

Le film de Damien Chazelle, qui a fait l'ouverture de la Mostra de Venise, a été projeté en avant-première mondiale. Il ne sortira que le 12 octobre dans les salles américaines (et le 17 octobre en France) mais fait pourtant déjà polémique aux Etats-Unis.

Centré sur Neil Armstrong et la mission Apollo 11, il est accusé de ne pas être suffisamment patriote. En cause ? On n'y voit pas l'astronaute, interprété par Ryan Gosling, planter le drapeau américain sur la Lune. Marco Rubio, ancien candidat à l'investiture républicaine pour la présidentielle de 2016, qui a mené la charge, a affirmé : "Les Américains ont payé pour cette mission, sur des fusées construites par des Américains, avec une technologie américaine et transportant des astronautes américains. Ce n'était pas une mission des Nations unies". Les fils de Neil Armstrong, Rick et Mark, ont réagi sans tarder, dans un communiqué commun avec James Hansen, auteur du livre "First Man" dont le film est inspiré. Il s'agit selon eux d'une "histoire humaine et universelle", qui n'a "rien du tout d'anti-Américain", "plutôt le contraire".