Le réalisateur japonais Mamoru Hosoda attire les foules au festival du fil d'animation d'Annecy

Mis à jour le 15/06/2018 à 17H19, publié le 15/06/2018 à 10H52
"Miraï"

"Miraï"

© 2018 STUDIO CHIZU

A Annecy en Haute-Savoie, le festival international du film d'animation se poursuit dans une ambiance chaleureuse. "Miraï, ma petite soeur", du réalisateur japonais Mamoru Hosoda a conquis le public. Une histoire presque autobiographique qui raconte le quotidien d'un petit garçon de 4 ans bousculé par l'arrivée d'une petite sœur. Le film sortira en salles en décembre 2018.

Après le festival de Cannes, "Miraï, ma petite sœur" poursuit sa belle aventure au Festival international d'animation d'Annecy (11-16 juin 2018). Le film signé du réalisateur japonais Mamoru Hosoda a touché le cœur du public.

Reportage : France 3 Alpes - M. Feutry / Y. Glo / P. Maillard

https://videos.francetv.fr/video/NI_1251827@Culture

Miraï en route pour les étoiles

Le nouveau film de Mamoru Hosoda qui raconte l'histoire d'un petit garçon de quatre ans jaloux de sa petite sœur, est directement inspiré par une anecdote familiale du réalisateur. Entre réalité et fantasmes, le film montre comment l'enfant parvient à retrouver sa place dans la famille. "A quatre ans les enfants ont des points de vue extrêmement pertinents, ils voient les choses avec une certaine fraîcheur et tout ce qu'ils voient ressemblent à une scène d'aventure", résume le cinéaste. Après "Les enfants loups", son grand succès de 2012, les critiques prédisent le même destin de "Miraï, ma petite sœur". 
La bande annonce en japonais sous titré anglais de "Miraï ma petite soeur"

Mamoru Hosoda : le nouveau maître de l'animation japonaise

Mamoru Hosoda figure aujourd'hui parmi les plus grands réalisateurs d'animation au monde. Dans la lignée d'un Miyazaki, il traite avec finesse les thèmes qui le touchent : la famille, la transmission, le temps, les relations entre parents et enfants.
Kun dans "Mirai"

Kun dans "Mirai"

© 2018 STUDIO CHIZU
Les fans d'animation japonaise ne rateraient pour rien au monde une rencontre avec le maître. A Annecy, ils ont attendu près de trois heures pour obtenir une précieuse dédicace. "J'ai commencé à regarder ses films quand j'avais six ans, donc je suis très fan de ce qu'il fait et je suis hyper émue d'avair pu le rencontrer", confie une spectatrice. 
Dédicace Hosoda © France 3 / Culturebox