Cannes 2018 : une édition résolument tournée vers l'égalité femmes-hommes

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 08/05/2018 à 19H31, publié le 07/05/2018 à 15H51
L'affiche de la 71e édition du festival de Cannes arbore le baiser de Jean-Paul Belmondo et Anna Karina dans le film de Jean-Luc Godard "Pierrot le fou". 

L'affiche de la 71e édition du festival de Cannes arbore le baiser de Jean-Paul Belmondo et Anna Karina dans le film de Jean-Luc Godard "Pierrot le fou". 

Cette année, il n'y aura pas de selfies, pas de Netflix... et surtout pas d'Harvey Weinstein. A 24h du début du festival, Cannes se prépare à recevoir les stars dans une ambiance très influencée par le mouvement #MeToo.

La première des stars attendues est d'ailleurs une femme : Cate Blanchett, présidente d'un jury majoritairement féminin. En cette année marquée par l'absence du producteur hollywoodien Harvey Weinstein, paria depuis les révélations du New York Times et du New Yorker et les témoignages d'une centaine de femmes, dont une quinzaine qui l'accusent de viols, Cate Blanchett est devenue l'une des figures de proue de la lutte contre le harcèlement sexuel dans le 7e Art. 

L'actrice australienne et les huit autres jurés, quatre femmes et quatre hommes, chargés d'attribuer la Palme d'or le 19 mai, sont attendus lundi soir dans les salons de l'hôtel Martinez, pour leur premier dîner.
L'actrice Cate Blanchett arrive à l'Hotel Martinez la veille de l'ouverture du festival de Cannes (7 mai 2018). 

L'actrice Cate Blanchett arrive à l'Hotel Martinez la veille de l'ouverture du festival de Cannes (7 mai 2018). 

© Anne-Christine POUJOULAT / AFP
Cependant, le délégué général du festival, Thierry Frémaux, a tenu à réfuter l'idée que Cate Blanchett avait été choisie comme présidente du jury uniquemment parce qu'elle était une femme : "Elle est d'abord présidente parce que c'est une grande actrice", a-t-il insisté, en citant les deux premières femmes présidentes du jury cannois, Olivia de Havilland et Sofia Loren.

Une montée des marches 100% féminine

Ce thème sera incontournable, avec un engagement du festival. Chaque festivalier recevra un flyer rappelant qu'à Cannes, ce sera "comportement correct exigé" avec mention d'un numéro de téléphone pour toute victime ou témoin de harcèlement sexuel, et le rappel des peines maximales, 3 ans de prison et 45.000 euros d'amende.

Par ailleurs, le festival accueillera samedi une montée des marches 100% féminine, a annoncé lundi Thierry Frémaux. "Ce sera une montée dédiée aux femmes du cinéma, une centaine", a précisé le sélectionneur du festival lors d'une conférence de presse, sans donner aucun nom des actrices ou réalisatrices qui y participeront.

Des jurys majoritairement féminins

A l'image du jury qui devra élire la prochaine Palme d'or, les jurys d'Un Certain Regard et de la Caméra d'or sont majoritairement féminins, a annoncé lundi le Festival de Cannes, qui débute mardi.

Présidé par l'acteur hollywoodien Benicio del Toro ("Sicario"), le jury d'Un Certain Regard, considéré comme la deuxième compétition de la sélection officielle, est composé de trois femmes et deux hommes. Parmi eux, l'actrice française Virginie Ledoyen, la réalisatrice palestinienne Annemarie Jacir et le réalisateur russe Kantemir Balagov, découvert l'an dernier avec son premier film "Tesnota, une vie à l'étroit". Ils remettront leurs récompenses le 18 mai, veille de clôture du Festival, et choisiront parmi les 18 films présentés dans cette section. 
"Jeune femme" de Leonor Seraille a remporté la Caméra d'Or l'an dernier à Cannes.
Le jury de la Caméra d'or, qui récompense chaque année le meilleur premier film toutes sections confondues, compte pour sa part quatre femmes et trois hommes, dont la présidente, la réalisatrice suisse Ursula Meier, le tandem de réalisateurs français, Arnaud et Jean-Marie Larrieu, et la critique française Iris Brey. Quelque 19 films sont en lice pour prendre la suite de "Jeune femme" de Leonor Seraille, lauréat 2017 de la Caméra d'or. Le prix 2018 sera remis le 19 mai, le même jour que l'annonce de la Palme d'or. 

Le gala "Cinéma contre sida" présidée par 25 femmes

Vingt-cinq femmes célèbres, actrices et mannequins, dont Linda Evangelista, Scarlett Johansson, Milla Jovovich, Heidi Klum et Katy Perry, assureront la présidence d'honneur le 17 mai à Cannes du 25e gala de l'amfAR, la fondation américaine contre le sida, dont Harvey Weinstein comptait parmi les sponsors.
 
Parmi les grands événements mondains internationaux, ce gala de bienfaisance "Cinéma contre sida" réunit chaque année pendant le Festival de Cannes un millier de convives dont de nombreuses personnalités internationales à l'Eden Roc, le palace du Cap d'Antibes.
 
Au profit de la recherche contre le sida et de l'aide aux malades dans le monde, l'amfAR, créée par Liz Taylor, a collecté l'an dernier plus de 18 millions d'euros, le temps des trois heures du dîner et d'une vente aux enchères de lots d'exception.