Cannes 2015 : "Marguerite et Julien", un inceste intemporel

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 20/05/2015 à 14H59, publié le 19/05/2015 à 14H32
Anaïs Demoustier et Jérémie Elkaïm dans "Marguerite et Julien" de Valérie Donzelli

Anaïs Demoustier et Jérémie Elkaïm dans "Marguerite et Julien" de Valérie Donzelli

© Céline Nieszawer

Valérie Donzelli avait marqué les esprits avec "La Guerre est déclarée", où un jeune couple se battait contre la maladie de leur fils. Le film avait ouvert la section Un certain regard en 2010. Valérie Donzelli, également comédienne, y jouait au côté de Jérémie Elkaïm qu'elle dirige une nouvelle fois dans "Marguerite et Julien", en lui offrant comme partenaire, la talentueuse Anaïs Demoustier.

La note Culturebox
3 / 5                  ★★★☆☆

Anachronisme

Valérie Donzelli ne choisit pas la facilité en adaptant un scénario de Jean Gruault, fidèle collaborateur de François Truffaut, pour lequel il avait écrit ce script. Il s'inspire de la véritable histoire de Marguerite et Julien de Ravalet, décapités en 1603 pour adultère et inceste. Etrange histoire, dérangeante en raison du tabou qu'elle soulève. Mais c'est aussi une bizarrerie par l'angle pris par Valérie Donzelli, qui passe outre la reconstitution historique stricto sensu, en mêlant des strates des XVIIe, XIXe et XXIe siècle dans sa continuité narrative.

"Marguerite et Julien" : la bande-annonce

Ce parti pris de mise en scène est le principal charme de ce film sans équivalent, qui n'a visiblement pas séduit la presse et dont la dent est dure à son égard. Ce mélange des époques est pourtant séduisant, pas facile à assumer et courageux, rarement vu à l'écran. Certains crient au kitsch, en raison d'un univers habité de châteaux, de costumes anachroniques, de maquettes et éclairages volontairement approximatifs. Mais ces choix, forts, renforcent l'évocation d'un conte, auquel s'identifie résolument le film. Un conte immortel, une histoire éternelle.

Une nature passionnelle

Un conte cruel aussi, où Marguerite et Julien sont l'objet des foudres de leur famille, et au premier chef de leur oncle, prêtre rigoriste, interprété par un Sami Frey, toujours impeccable. Le beau visage iconoclaste d'Anaïs Demoustier convient parfaitement à son rôle d'amoureuse passionnée de son frère, Jérémie Elkaïm est toutefois plus fade.

Anaïs Desmoustier dans "Marguerite et Julien" de Valérie Donzelli

Anaïs Desmoustier dans "Marguerite et Julien" de Valérie Donzelli

© Wild Bunch Distribution

Valérie Donzelli place enfin son film sous la dominance d'une nature omniprésente, les extérieurs prenant largement le dessus, ainsi que celle des animaux, notamment les chevaux, symboles des passions. Si "Marguerite et Julien" n'est pas un chef-d'œuvre, il mérite de s'arrêter dessus.

Marguerite et Julien
De Valérie Donzelli (France), avec Anaïs Demoustier, Jérémie Elkaïm, Frédéric Pierrot - 1h50, Date de sortie: 30 septembre 2015.

Reportage : E.Deshayes, S.Potay, G.Boulanger

https://videos.francetv.fr/video/NI_160551@Culture


Synopsis : Julien et Marguerite de Ravalet, fils et fille du seigneur de Tourlaville, s’aiment d’un amour tendre depuis leur enfance. Mais en grandissant, leur tendresse se mue en passion dévorante. Leur aventure scandalise la société qui les pourchasse. Incapables de résister à leurs sentiments, ils doivent fuir.