Cannes 2014 : Le marronnier des frères Dardenne

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Publié le 20/05/2014 à 07H10
Jean-Pierre et Luc Dardenne

Jean-Pierre et Luc Dardenne

© JOE KLAMAR / AFP

Dans le jargon de la presse, un marronnier est un sujet qui revient régulièrement. C'est la même chose à Cannes avec les frères Dardenne, présents tous les trois ans. Ils projettent cette année, "Deux jours, une nuit", avec Marion Cotillard. Idem pour la japonaise Naomi Kawase dont c'est la troisième compétition cannoise, avec "Still the Water", après être passée par la Quinzaine des réalisateurs.

Les frères Dardenne reviennent sur la Croisette pour la sixième fois en compétition avec "Deux jours, une nuit", après leurs Palmes d'or pour "Rosetta" (1999), "L'Enfant" (2005) et leur Grand prix pour "Le Gamin à vélo" (2011). La sortie du film est programmée au 21 mai et voit Marion Cotillard dans le rôle principal, aux côtés de Fabrizio Rongione et d'Olivier Gourmet, des habitués du duo belge.
Deux jours, une nuit : la bande-annonce
A connotation sociale, directement déduit de la crise économique et financière actuelle, "Deux jours, une nuit" voit Sandra (Marion Cotillard) aidée de son mari (Fabrizio Rongione) essayer de convaincre, le temps d'un week-end, ses collègues à renoncer à leur prime pour garder son emploi. Thierry Frémaux a qualifié le film de "Western belge", Gilles Jacob lançant "ce n'est pas 'Le Train sifflera trois fois', mais "Le Train sifflera une fois" !

https://videos.francetv.fr/video/NI_147903@Culture

Après sa Caméra d'or en 1997 ("Suzaku") et son Grand prix en 2007 pour "La Forêt de Mogari", la japonaise Naomi Kawase revient avec "Still the Water". Elle prolonge sa thématique écologique en explorant l’écosystème de l’île Amami Oshima, de l'archipel nippon, d’où sa famille est originaire. Naomi Kawase expose le cycle de la vie, de la mort et de la reproduction à travers l’histoire de Ten, adolescent de quatorze ans, et de son amie Kyoko.
"Still the Water" de Naomi Kawase

"Still the Water" de Naomi Kawase

© Haut et Court
En continuité avec les autres films de la cinéaste, venue de la photographie et du documentaire, l'on y retrouve son talent pour filmer la nature mêlé avec poésie à des thèmes sociétaux.