Cannes 2018 : "Les Eternels", cinquième compétition pour le Chinois Jia Zhang-Ke

Mis à jour le 14/05/2018 à 11H16, publié le 04/05/2018 à 09H05
Zhao Tao dans "Les Eternels" de Jia Zhang-ke

Zhao Tao dans "Les Eternels" de Jia Zhang-ke

© Ad Vitam

Jia Zhang-Ke, c’est l’extraordinaire réalisateur de "A Touch of Sin", Prix du scénario à Cannes en 2013 et qui méritait bien plus que cela, un des meilleurs films de cette édition. Pour la cinquième fois en compétition, avec "Les Eternels", Jia Zhang-Ke mélange film de gangsters et romance.

Lire la critique de Jacky Bornet

Belle continuité que cette présence à Cannes, où Jia Zhang-Ke est également venu dans la section Un certain regard avec "I Wish I Knew, histoires de Shanghai" (2010).
Zhao Tao et Fan Liao dans "Les Eternels" de Jia Zhang-ke

Zhao Tao et Fan Liao dans "Les Eternels" de Jia Zhang-ke

© Ad Vitam
Dans "Les Eternels", Jia Zhang-Ke raconte la rencontre dramatique entre un petit mafieux et une jeune femme qui va se retrouver en prison. Elle le retrouve dix ans plus tard, alors qu’il a décroché de son milieu et qu’elle y est resté attachée.

LA FICHE

Genre : Drame
Réalisateur : Jia Zhang-Ke  
Pays : Chine / France / Japon
Acteurs : Zhao Tao, Fan Liao, Feng Xiaogang
Durée : 2h30
Sortie : 26 décembre 2018

Synopsis : En 2001, la jeune Qiao est amoureuse de Bin, petit chef de la pègre locale de Datong. Alors que Bin est attaqué par une bande rivale, Qiao prend sa défense et tire plusieurs coups de feu. Elle est condamnée à cinq ans de prison. A sa sortie, Qiao part à la recherche de Bin et tente de renouer avec lui.  Mais il refuse de la suivre. Dix ans plus tard, à Datong, Qiao est célibataire, elle a réussi sa vie en restant fidèle aux valeurs de la pègre. Bin, usé par les épreuves, revient pour retrouver Qiao, la seule personne qu’il ait jamais aimée…