Cannes 2018 : un numéro de téléphone pour dénoncer le harcèlement sexuel

Publié le 27/04/2018 à 09H25
Marlène Schiappa, la secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité hommes femmes, a annoncé des mesures pour lutter contre le harcèlement sexuel au Festival de Cannes

Marlène Schiappa, la secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité hommes femmes, a annoncé des mesures pour lutter contre le harcèlement sexuel au Festival de Cannes

© Aurelien Morissard / MaxPPP

Le Festival de Cannes s'engage contre le harcèlement sexuel avec la mise en place pendant la manifestation (8-19 mai) d'un numéro de téléphone où il sera possible de dénoncer d'éventuelles agressions, a annoncé jeudi la secrétaire d'Etat en charge de l'Egalité hommes femmes, Marlène Schiappa.

"Un partenariat a été conclu avec le Festival de Cannes qui a décidé de s'engager contre le harcèlement sexuel", a déclaré sa secrétaire d'Etat en charge de l'Egalité hommes femmes, Marlène Schiappa, à l'issue d'un débat en présence des responsables du festival Pierre Lescure et Thierry Frémaux.
 
Concrètement on distribuera dans le cadre du festival des documents avec la mention "comportement correct exigé", rappelant les dispositions pénales, un numéro de téléphone local (04-92-99-80-09) pour des victimes ou témoins éventuels de violences sexuelles, et l'adresse d'un site internet de prévention.
 
Il s'agit du premier festival depuis l'éclatement de l'affaire Weinstein. Et "un des viols dont (le producteur) Harvey Weinstein est accusé s'est passé à Cannes, donc l'idée est de dire que Cannes n'est pas immobile", a indiqué Marlène Schiappa à l'AFP.

Pour les actrices mais aussi les festivalières et les intermittentes

La mobilisation ne concerne pas seulement les actrices, mais aussi les festivalières et les intermittentes, a-t-elle indiqué. Son entourage invite les organisateurs de festivals d'été à "se rapprocher pour mettre en place" des mesures similaires.
 
Avant le lever de rideau du 71e Festival de Cannes le 8 mai, le président Emmanuel Macron conviait aussi jeudi soir plus d'une centaine de personnalités du cinéma (acteurs, réalisateurs, producteurs, distributeurs...) à un dîner à l'Elysée "en l'honneur du cinéma".
 
Lors du festival, outre les questions de harcèlement sexuel, la place des femmes dans le 7e art sera évoquée. Une intervention de la ministre de la Culture Françoise Nyssen, aux côtés de son homologue suédoise, est prévue le 13 mai avec l'idée notamment de créer un fonds pour aider de jeunes réalisatrices du monde entier à développer leurs films.