Cannes : Javier Bardem et Penélope Cruz, couple solaire, réunis dans "Everybody Knows"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/05/2018 à 14H05, publié le 06/05/2018 à 14H03
Penelope Cruz et Javier Bardem dans "Everybody Knows" de l'Iranien Asghar Farhadi

Penelope Cruz et Javier Bardem dans "Everybody Knows" de l'Iranien Asghar Farhadi

© Allo ciné

Partenaires au cinéma comme dans la vie, les acteurs espagnols Javier Bardem et Penélope Cruz, qui forment depuis plus de dix ans un couple solaire, ouvriront mardi le festival de Cannes avec le film "Everybody Knows". Pour Javier Bardem, "Ce film est plus espagnol que bien des films espagnols qui sont tournés en Espagne !".

Bardem, 49 ans, et Cruz, 44 ans, partagent l'affiche de ce film en compétition pour la Palme d'or que le cinéaste iranien Ashgar Fahradi a réalisé dans leur Espagne natale - et en langue espagnole. Dans "Everybody Knows", l'acteur est Paco, un vigneron. Il va retrouver son ex-petite amie Laura (Penélope Cruz), à l'occasion d'un mariage dans leur village espagnol natal. Mais les festivités vont être bouleversées par un drame familial. 
Huitième long métrage du réalisateur d'"Une séparation", ce thriller psychologique est tourné en Espagne. "Quand il m'a dit pour la première fois qu'il voulait faire un film en Espagne et en espagnol, j'ai pensé Vraiment ? Ok, c'est courageux", raconte l'acteur dans un entretien à quelques journalistes à Paris. "Je vous le dis, ce film est plus espagnol que bien des films espagnols qui sont tournés en Espagne !", lance-t-il. "On peut sentir l'Espagne. Je crois en ce pays, en ces gens", poursuit-il, indiquant avoir apporté avec Penélope Cruz quelques éléments au réalisateur "sur le langage essentiellement". "Mais il en savait déjà beaucoup", poursuit-il. Au final, "99% du film vient de lui".

Javier Bardem dit retrouver dans le film tous les ingrédients "d'un film de Farhadi", qui aime montrer "des personnages simples, bons, ouverts, qui se retrouvent dans des situations difficiles, de conflit". "Dans ce cas, c'est même encore plus élaboré avec le thriller", souligne-t-il. "Il y a un aspect  qui vous donne envie d'en savoir plus et vous tient en haleine, et en même temps vous regardez un film de Farhadi".
 Imma Cuesta et Javier Bardem dans "Everybody Knows" de l'Iranien Asghar Farhadi

 Imma Cuesta et Javier Bardem dans "Everybody Knows" de l'Iranien Asghar Farhadi

© Allo ciné

9e collaboration entre les deux acteurs

Dans "Everybody Knows", Javier Bardem joue à nouveau avec sa femme. C'est la neuvième collaboration entre les deux acteurs. Jouer ensemble "est bien plus simple" pour la vie de famille "mais en même temps, on doit être sûr que les personnages et les histoires valent le coup", estime l'acteur, marié depuis 2010 avec sa compagne, avec qui il a deux enfants. "Et il faut faire une séparation claire entre la fiction et la réalité", note-t-il. "Une fois rentrés à la maison, on ne parle plus de tout ça", poursuit le comédien.

Un grand honneur d'ouvrir un festival aussi exceptionnel

Avec ce film, Javier Bardem foulera à nouveau le tapis rouge de Cannes, où il avait notamment reçu en 2010 le prix d'interprétation pour "Biutiful" d'Alejandro Gonzalez Inarritu. "J'ai connu des hauts et des bas" à Cannes, constate-t-il. "J'ai présenté No Country for old men" des frères Coen, qui "a été bien reçu", et lui a valu un Oscar. "Et j'ai aussi été hué et je me suis presque fait jeter des choses à la figure pour The Last Face (de Sean Penn), qui est considéré comme un des pires films de l'histoire du festival, ce avec quoi je dois dire que je ne suis pas en désaccord", poursuit-il. "C'est un grand honneur d'ouvrir un festival aussi exceptionnel avec un film d'Asghar Farhadi. Mais c'est aussi un risque".

Retrouvailles à Barcelone

A l'été 2010, Bardem et Cruz se sont mariés sur une île des Bahamas. Aujourd'hui c'est dans une banlieue protégée de Madrid qu'ils vivent, discrètement, soucieux de ne pas exposer leur fils de sept ans et leur fille de quatre.

Javier est né en 1969 dans l'archipel des Canaries. Sa mère, l'actrice Pilar Bardem, l'a élevé après la séparation avec son père. Penélope a vu le jour en 1974 dans une famille modeste de la banlieue de Madrid. Tous deux aiment à rappeler qu'ils doivent tout au défunt réalisateur espagnol Bigas Luna qui, en 1991, les réunit pour la première fois sur le tournage du très chaud "Jambon, Jambon". Penélope débutait au cinéma à 17 ans, tandis que Javier assumait, à 22 ans, un nouveau rôle de playboy "caliente". Le film leur valut de partager, debout contre un flipper, une des scènes les plus torrides de la cinématographie espagnole. Ils se sont croisés ensuite sur différents plateaux de tournage.
Jambon, jambon (1992) bande annonce
Mais ils ne se sont réellement retrouvés qu'en 2007 pour tourner la comédie "Vicky Cristina Barcelona", dans la ville de Barcelone. Si Cruz évite d'évoquer son mari dans les interviews, lui a vanté l'intensité de son tempérament, dans un entretien accordé en 2017 à la revue GQ. Elle "ressent de la passion pour tout, disait-il, c'est ce qui me paraît attirant chez elle". 

Militants "de gauche" assumés, tous deux avaient essuyé des critiques acerbes à Hollywood en 2014 pour avoir condamné les bombardements israéliens sur Gaza. Cette année, ils ont notamment participé à une campagne en défense d'une ONG espagnole se consacrant au sauvetage en mer des migrants.