Cannes 2016 : Léa Seydoux, l’irrésistible ascension

Par @Culturebox
Mis à jour le 20/05/2016 à 12H23, publié le 20/05/2016 à 11H44
Léa Seydoux, pendant le photocall de "Juste la fin du monde" de Xavier Dolan, à Cannes, le 19 mai 2016

Léa Seydoux, pendant le photocall de "Juste la fin du monde" de Xavier Dolan, à Cannes, le 19 mai 2016

© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Elle a 30 ans, 10 ans de carrière et les cinéastes du monde entier à ses pieds. Elle participe cette année à son neuvième festival de Cannes, là-même où elle connut la consécration en 2013 avec "La vie d'Adèle" ! Tout semble réussir à Léa Seydoux, cette actrice caméléon qui se glisse avec autant de facilité dans les habits glamour d'une James Bond Girl que dans un costume d'époque.

Reportage : J. Beckrich / N. Berthier / A. Gidon

https://videos.francetv.fr/video/NI_717049@Culture

Egérie, icône de mode, actrice touche-à-tout, frenchie adorée d'Hollywood, à 30 ans, Léa Seydoux a déjà de nombreux surnoms et suscite de multiples émotions. Chez les photographes de mode, qui trouvent qu'elle capte merveilleusement bien la lumière, chez les cinéastes qui apprécient sa capacité à se transformer et à se glisser dans des univers très différents. Et c'est surement là sa plus grande qualité d'actrice, celle de se fondre dans le personnage, de passer de" Mission Impossible" ou "James Bond" à l'univers de Xavier Dolan ou encore de Benoît Jacquot. Et tout cela lui semble facile.

A Cannes, cette grande habituée des marches, présente cette année le nouveau film d'un autre emblème de cette nouvelle génération d'artistes, le cinéaste canadien Xavier Dolan. Dans "Juste la fin du monde", il a réuni un casting 4 étoiles d'acteurs français : Léa Seydoux, Nathalie Baye, Gaspard Ulliel, Vincent Cassel et Marion Cotillard... l'autre française qui a mis Hollywood dans sa poche. 

 

Une carrière (déjà) bien remplie

A voir sa filmographie si complète et si riche, on en oublierait presque que Léa Seydoux a débuté sa carrière il y a à peine 10 ans, d'abord dans des publicités et dans un clip du chanteur Rafaël "Ne partons pas fâchés", réalisé par Olivier Dahan. En 2008, elle est très remarquée dans le film de Christophe Honoré "La belle personne", une libre adaptation de "La princesse de Clèves" de Madame de Sévigné. Et depuis, tout s'est enchainé très vite. En France, mais également aux Etats-Unis où elle tourne avec Quentin Tarantino, Ridley Scott, Woody Allen et Sam Mendes.

La consécration aura lieu en 2013 avec son interprétation d'une jeune homosexuelle aux cheveux bleus. Avec Adèle Exarchopoulos, dans "La vie d'Adèle" d'Abdellatif Kechiche, les jeunes actrices bouleversent la Croisette et le jury, qui choisira cette année-là d'associer les deux interprètes à la Palme d'Or décernée au film. 

Léa Seydoux dans "Minuit à Paris" de Woody Allen, sorti en 2011

Léa Seydoux dans "Minuit à Paris" de Woody Allen, sorti en 2011

© KOBAL / THE PICTURE DESK

 

Léa Seydoux et Daniel Craig, dans "Spectre" de Sam Mendes, sorti en 2015

Léa Seydoux et Daniel Craig, dans "Spectre" de Sam Mendes, sorti en 2015

© KOBAL / THE PICTURE DESK
Léa Seydoux dans "La vie d'Adèle" d'Abdellatif Kechiche, sorti en 2013

Léa Seydoux dans "La vie d'Adèle" d'Abdellatif Kechiche, sorti en 2013

© ALCATRAZ FILMS / ARCHIVES DU 7EME ART / PHOTO12


Elle ne délaisse pas pour autant le cinéma français et on a pu la voir en Loulou de la Falaise dans le "Saint Laurnet" de Bertrand Bonello ou en Célestine, l'ambitieuse femme de chambre de "Journal d'une femme de chambre" de Benoît Jacquot. Preuve qu'elle est capable de tout jouer, elle est annoncée en 2017 au casting de "Gambit", une plongée dans l'univers Marvel, aux côtés de Channing Tatum. 
 

Léa Seydoux dans "Journal d'une femme de chambre" de Benoit Jacquot, sorti en 2015

Léa Seydoux dans "Journal d'une femme de chambre" de Benoit Jacquot, sorti en 2015

© LES FILMS DU LENDEMAIN / JPG PRO / COLLECTION CHRISTOPHEL