"Barbara" de Mathieu Amalric reçoit le Prix Louis Delluc

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 15/12/2017 à 14H30, publié le 15/12/2017 à 14H17
Mathieu Amalric et Jeanne Balibar à Cannes (18 mai 2017)

Mathieu Amalric et Jeanne Balibar à Cannes (18 mai 2017)

© James Gourley / Shutterst / SIPA

"Barbara", de Mathieu Amalric, sur la chanteuse disparue il y a vingt ans, a remporté le Prix Louis-Delluc 2017, a annoncé vendredi Gilles Jacob, président de cette récompense considérée comme le "Goncourt du 7e art". "Grave" de Julia Ducournau a reçu le Prix Louis Delluc du premier film.

"C'est un film qui nous a beaucoup touchés par sa justesse", a déclaré Gilles Jacob à la presse, saluant "une biographie très réussie".
 
"Barbara" de Mathieu Amalric a déjà reçu le prix de la poésie de la section Un certain regard à Cannes et le prix Jean Vigo. Il ne s'agit pas d'un biopic mais d'une mise en abyme montrant un réalisateur (Amalric) fasciné par l'actrice (Jeanne Balibar) qui incarne la chanteuse dans son film. Brigitte l'actrice est elle-même possédée par son personnage.
 
Elle travaille la voix, les chansons, mais aussi les attitudes et gestes familiers de Barbara. Sans préavis, on passe des répétitions à l'incarnation, ne sachant plus qui est qui.
"Barbara" : la bande annonce


Un réalisateur ensorcelé par son sujet

Parallèlement, le spectateur suit dans ses recherches le réalisateur rapidement ensorcelé par son sujet, au point de s'autoriser à plusieurs reprises des dialogues avec l'incarnation de Barbara.

Neuf films étaient en lice pour le Prix Louis-Delluc : "120 Battements par minute" de Robin Campillo, "Les fantômes d'Ismaël" d'Arnaud Desplechin, "Belle dormant" d'Adolfo Arrietta, "Carré 35" d'Eric Caravaca, "Les Gardiennes" de Xavier Beauvois, "I Am Not Your Negro" de Raoul Peck, "Jeannette, l'enfance de Jeanne d'Arc" de Bruno Dumont et "Makala" d'Emmanuel Gras.

"Grave" reçoit le prix du premier film

Parallèlement, le prix Louis-Delluc du premier film a été remis vendredi à "Grave" de Julia Ducournau, un film d'horreur anthropophage qui avait fait sensation à Cannes en 2016.

"C'est déjà une grande cinéaste, il n'y a pas un plan du film qui serait à retirer", a salué Gilles Jacob. Elle "a une maîtrise de la mise en scène qui en fait pour un premier film quelque chose de tout à fait remarquable et dont nous sommes certains qu'il y aura une suite", a-t-il ajouté.
 
L'an dernier, c'est "Une Vie", long métrage de Stéphane Brizé adapté de l'oeuvre de Maupassant, qui avait reçu le Prix Louis-Delluc.

Créé en 1937, le Prix Louis-Delluc, surnommé le "Goncourt du cinéma", récompense le meilleur film français de l'année. Le jury est composé d'une vingtaine de critiques et personnalités, sous la présidence de l'ancien patron du Festival de Cannes.