Affaire Weinstein : l'actrice Paz de la Huerta accuse l'ancien producteur de viol

Par @Culturebox
Mis à jour le 04/11/2017 à 10H58, publié le 03/11/2017 à 09H49
L'actrice américaine Paz de la Huerta en 2015.

L'actrice américaine Paz de la Huerta en 2015.

© CS5/WENN.COM/SIPA

L'affaire Weinstein ne cesse de s'alimenter de nouveaux témoignages ou accusations. Cette fois, l'actrice américaine Paz de la Huerta, affirme que le producteur déchu Harvey Weinstein l'a violée à deux reprises en 2010. L'accusation de la comédienne qui joue notamment dans la série à succès d'HBO "Boardwalk Empire", s'ajoute à une longue liste de victimes présumées.

Des dizaines de femmes depuis un mois ont pris la parole pour dénoncer du harcèlement, des agressions ou des viols de la part du producteur. C'est le cas aujourd'hui de l'actrice américaine Paz de la Huerta. Un article sur le site du magazine Vanity Fair paru le 2 novembre titre "Paz de la Huerta dit que Harvey Weinstein l'a violée deux fois. Cela le mènera-t-il devant les tribunaux ? Voici pourquoi la police a peut-être un dossier sérieux". La police de New York a indiqué à l'AFP enquêter à ce sujet, et être en contact avec le procureur de Manhattan.

Paz de la Huerta parle de deux viols en 2010

L'actrice américaine de 33 ans, descendante de la noblesse espagnole, y relate que Harvey Weinstein l'a un soir de novembre 2010 raccompagnée chez elle en voiture à New York après l'avoir croisée dans un bar couru des célébrités. Elle l'avait rencontré en tournant dans "L'oeuvre de Dieu, la part du diable", avec Tobey Maguire, lorsqu'elle avait 14 ans. Elle raconte que le producteur a insisté pour monter chez elle boire un verre. Il a commencé à l'embrasser dès qu'ils sont arrivés dans l'appartement puis, alors qu'elle tentait de le repousser, il l'a allongée de force sur son lit et l'a violée, déclare-t-elle.

Il l'a agressée une seconde fois en décembre 2010, affirme-t-elle, l'attendant un soir sans la prévenir dans le hall d'entrée de son immeuble. Il lui aurait dit de se taire : "Parlons dans ton appartement", détaille la comédienne qui a joué dans "Enter the Void" de Gaspard Noé. Elle dit qu'elle avait bu ce soir-là : "Je n'étais pas en état. J'étais terrifiée (...) J'ai dit non". "C'était dégoutant. Il est comme un cochon (...) Il m'a violée", poursuit-elle.

Un procureur spécialisé en crimes sexuels chargé de l'affaire

"Nous sommes au courant de ces plaintes pour agressions sexuelles. Nous enquêtons activement à ce sujet. La police de New York continue à travailler avec le procureur de Manhattan sur ce dossier", a indiqué à l'AFP le sergent Brendan Ryan de la police de New York (NYPD).

D'après la chaîne CBS, le procureur de Manhattan étudie la possibilité d'engager des poursuites pour viol, mais ses porte-parole n'avaient pas répondu dans l'immédiat aux demandes de commentaires de l'AFP. "Un procureur expérimenté dans les crimes sexuels s'est vu attribuer le dossier", écrit sur son site internet la chaîne CBS, citant une source du bureau du procureur.

14 viols présumés selon le décompte d'Asia Argento

Selon un décompte tweeté par l'une de ses victimes présumées, l'actrice italienne Asia Argento, 94 femmes à ce jour ont dit avoir subi ses abus sexuels dont 14 disent avoir été violées. Harvey Weinstein nie de son côté toute relation sexuelle non consentie. Il "a commencé une thérapie, écoute la communauté et cherche à avoir une meilleure trajectoire. Il espère que, s'il fait assez de progrès, il aura une seconde chance", a dit dans une déclaration écrite sa porte-parole Holly Baird.

Par ailleurs, une autre personnalité d'Hollywood, le réalisateur et producteur de films à succès Brett Ratner, également accusé d'agressions sexuelles par plusieurs femmes, se voit lui aussi mis à distance. Le studio Warner Bros a décidé de couper ses relations avec lui et Ratner déclare lui-même mettre un terme à cette collaboration vu les allégations contre lui, d'après des informations de presse. Une source proche de Warner Bros a confirmé jeudi à l'AFP que la société de production de Ratner, RatPac, avait été écartée d'un film en cours de préparation, "The Goldfinch", adaptation d'un best-seller dans laquelle le studio Amazon est aussi impliqué. Ratner nie ces allégations et a poursuivi l'une de ses accusatrices en diffamation.