"Les Aventures fantastiques du Baron de Münchhausen" enfin en DVD

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 21/08/2013 à 15H04, publié le 21/08/2013 à 14H54
Hans Albers dans "Les Aventures fantastiques du baron de Munchhausen" (1943) de Joseph Von Baky

Hans Albers dans "Les Aventures fantastiques du baron de Munchhausen" (1943) de Joseph Von Baky

© Artus Films

"Les Aventures fantastiques du Baron de Münchhausen", dont les origines renvoient à un personnage réel, est un récit qui remonte au XVIIIe siècle, qui a fait l’objet de différentes versions livresques et cinématographiques. L’une de ces dernières, la meilleure, de Josef Von Baky en 1943, est enfin disponible chez Artus Films : une perle rare, un rêve éveillé

L’histoire : en 1943, à l’issue d’une somptueuse soirée déguisée, le descendant du Baron de Münchhausen revient sur son célèbre ancêtre du XVIIIe siècle pour rétablir la « vérité » par rapport à la légende. Il évoque son séjour auprès de Catherine de Russie, sa rencontre avec Casanova à Venise, son implication dans la guerre entre l’Autriche et la Turquie, et son évasion en montgolfière des geôles italiennes jusqu’à… la Lune !
"Les Aventures fantastiques du Baron de Müchhausen" : extrait
Le film : Réalisé en pleine seconde guerre mondiale, commandé par le régime nazi au grand studio allemand UFA,  "Les Aventures fantastiques du Baron de Münchhausen", de Joseph Von Baky, devait célébrer les 25 ans de la célèbre compagnie avec les fastes convenant à une telle consécration. Un budget considérable - pas moins de 6,5 millions de Reichsmarks -, un tournage en Agfacolor - le procédé de film en couleur allemand -, une débauche de somptueux décors, costumes et trucages devait démontrer la suprématie du cinéma allemand sur le reste du monde.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la UFA a grandement relevé le défi lancé par Goebbels, chef de la propagande nazie, tant le film peut rivaliser avec "Le Magicien d’Oz" (1939) de Victor Fleming ou "Le Voleur de Bagdad" (1946) de Ludwig Berger, Michal Powell et Tim Whelan. Hormis le faste du film pour démontrer la puissance de production cinématographique allemande, aucune propagande nazie ne contamine le film. L’objectif était plutôt de distraire la population allemande et des pays occupés à une période où le régime rencontre le sévère revers de Stalingrad qui marque le début de son déclin, alors que le pays est mis sous la pression d’un effort de guerre inédit dès 1942 quand fut mis en chantier le film.

Joseph Von Baky remplit également son contrat, faisant appel aux plus célèbres acteurs allemands de l’époque et soignant ses reconstitutions dans un style féérique irrésistible, tout comme ses nombreux effets spéciaux, sans parler d’un érotisme dans la scène du sérail, très étonnant pour 1943. Le film n’en reste pas moins très recommandable aux enfants. Il recèle de plus une séquence vénitienne époustouflante, tournée sur place avec un faste qui laisse pantois, très rare au cinéma en ces années 40. "Les Aventures fantastiques du baron de Münchhausen" de Baky reste ainsi bien supérieur à la version qu’en donna Terry Gilliam en 1986, même si celle-ci n’est pas dénuée de qualités. Les couleurs très particulières du système Agfa ne sont pas étrangères à cette féérie, avec leurs tons à dominante orange par rapport au Technicolor américain qui dominera.

Un film parfait pour clore ces vacances, exotisme et rêves garantis.
Hans Albers dans "Les Aventures fantastiques du baron de Münchhausen" (1943) de Joseph Von Baky

Hans Albers dans "Les Aventures fantastiques du baron de Münchhausen" (1943) de Joseph Von Baky

© Artus Films
Les bonus : Sorti en "Edition Collector", "Les Aventures fantastiques du baron de Münchhausen" comporte un DVD entier consacré à un documentaire de 76 minutes, "Un mythe en Agfacolor", où Alain Petit, historien du cinéma, évoque la gestation du film, le contexte dans lequel il intervient, sa réalisation, mais aussi les origines livresques. Alain Petit est d’autant plus disert qu’il ne cache pas avoir des affinités avec l’œuvre remontant à sa petite enfance, ce qui donne encore plus de sel à son exposé qui n’ignore pas non plus les autres versions cinématographiques. Il conclut, tout comme nous, sur le fait que la version de 1943 est de loin la plus aboutie, sans toutefois ignorer celle de Karel Zeman, sortie en 1961 sous le titre de « Le Baron de Crac », patronyme sous lequel est également connu en France le baron de Münchhausen. Merveilleux.
"Les Aventures fantastiques du baron de Münchhausen" bonus Alain Peit
Enfin, « the last but not the least », le coffret est accompagné d’un fac-similé en miniature du dossier de presse de l’époque, rempli de dessins préparatoires et autres documents, un complément inattendu, inespéré et enrichissant.

Les Aventures fantastiques du baron de Münchhausen
De Joseph Von Baky – Allemagne – 1943
Avec : Hans Albers, Wilhelm Bendow, Brigitte Horney, Michael Bohnen
Editions : Artus Films
16,90 euros