Mort du réalisateur Piotr Todorovski, géant du cinéma russe

Par @Culturebox
Publié le 24/05/2013 à 12H35
Le réalisateur Piotr Todorovski (à droite) et l'auteur de films d'animation Garri Bardin, le 13 septembre 2011 à Moscou.

Le réalisateur Piotr Todorovski (à droite) et l'auteur de films d'animation Garri Bardin, le 13 septembre 2011 à Moscou.

© Sergey Pyatakov / Ria Novosti / AFP

Piotr Todorovski, le réalisateur du drame de guerre "Romance du Front", est décédé vendredi à 87 ans, a indiqué à l'AFP la Fédération des cinéastes russes.

"Todorovski est décédé aujourd'hui (vendredi) dans un hôpital de Moscou", a déclaré une porte-parole de la Fédération, sans donner davantage de précisions.

Au mois d'avril, le réalisateur avait été brièvement hospitalisé à la suite d'une crise cardiaque, avant de se retrouver à nouveau à l'hôpital en raison d'une pneumonie, selon les médias russes.

Marqué par ses souvenirs de guerre
Né le 26 août 1925 à Bobrinets, dans l'Ukraine, Todorovski s'est tourné vers le cinéma après avoir combattu les nazis pendant la Seconde guerre mondiale (1939-1945). Ses souvenirs de guerre ont inspiré plusieurs de ses films sur la vie des militaires. Le plus connu est "Romance du Front" (Un Amour du Temps de Guerre), sorti en 1983, qui fut nommé à l'Oscar du meilleur film étranger.

Cette histoire d'un soldat russe, qui tombe amoureux d'une jolie femme lors de la guerre en 1944 et la retrouve quelques années plus tard, usée et enlaidie, en train de vendre de petits pâtés dans la rue, est l'un des plus grands succès de Todorovski. Il a fait pleurer des milliers de femmes russes.

Piotr Todorovski a également été le premier des réalisateurs soviétiques à avoir osé aborder à l'écran la vie des prostituées en URSS, avec "Interdevotchka" en 1989. "J'aime filmer les femmes (...). La nature féminine est un mystère, un vrai puits pour un réalisateur", disait celui qui a aussi été l'auteur de la "Femme aimée du mécanicien Gavrilov".

Cinéaste et compositeur
Cinéaste hors pair, Todorovski s'est également distingué comme scénariste et a eu toute sa vie une passion pour la musique, en étant non seulement réalisateur, mais en composant aussi la musique de plusieurs de ses films ("Romance du Front", "Dans la grande rue avec fanfare").

Le réalisateur russe Pavel Lounguine a déploré la disparition de "cette personnalité unique", en le qualifiant de "perte immense" pour la culture russe. "C'était un homme de talent et d'un grand charme. Avec lui, c'est toute une époque qui s'en va", a déclaré pour sa part le cinéaste russe d'origine arménienne Karen Chakhnazarov, cité par l'agence publique Ria-Novosti.