Le public au rendez-vous de "Malgré-elles", hier soir sur France 3

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 22/06/2012 à 11H52
Flore Bonaventura dans "Malgré elles" de Denis Malleval

Flore Bonaventura dans "Malgré elles" de Denis Malleval

© Benoît Linder

"Malgré-elles", c'est le titre de la fiction romancée signée Denis Malleval diffusée le mardi 9 octobre sur France 3. Et qui a réalisé la deuxième meilleure audience de la soirée. "Les Malgré-elles", c'est le nom donné à des milliers de femmes envoyées de force en Allemagne en 1943 pour travailler au service du régime nazi. Ce téléfilm raconte cet épisode historique à travers l'amitié et le destin tragique de deux jeunes Alsaciennes. Les faits s'inspirent d'une réalité douloureuse que la scénariste Nina Barbier, fille d'une "Malgré-elle", a raconté à travers un livre et un documentaire.

REVOIR "MALGRE ELLES" sur PLUZZ : ICI 

Une histoire méconnue 

Si on connaît l'histoire des "Malgré-nous", ces 130 000 Alsaciens ou Mosellans incorporés de force dans la Wermarcht, on est en revanche beaucoup plus discret sur le sort de plus de 10 000 femmes des mêmes régions, âgées de 17 à 20 ans qui, de 1942 à 1945, furent envoyées en Allemagne pour remplacer les hommes à l'usine, dans les champs ou dans la défense antiaérienne. Payées une misère, vivant dans des conditions parfois très dures et soumises à un endoctrinement féroce,  elles n'ont jamais pu parler de leur souffrance qui après la guerre, semblait tellement moindre que celle des survivants des camps ou celle des hommes partis se battre sur le front.

https://videos.francetv.fr/video/NI_483481@Culture

Nina Barbier, fille d'une"Malgré-elle"

C'est en fouillant dans les affaires de sa famille que Nina Barbier a découvert une photo de sa mère, Cécile, en uniforme, devant le drapeau nazi. Elle avait été enrôlée en 1943 pour partir en Bavière. Un choc que la scénariste a surmonté en cherchant à connaître l'histoire des "Malgré-elles", injustement oubliées. Suivront un livre éponyme et un documentaire en 2001.
Le téléfilm de Denis Malleval s'inspire directement de ce travail, même s'il prend quelques libertés avec la réalité historique. Il est aussi romancé, avec une histoire d'amour entre une des deux jeunes Alsaciennes et un officier Allemand marqué par la guerre. Le casting réunit Flore Buanaventura (Alice), Louise Herrero (Lisette) et Macha Méril, qui incarne une Lisette âgée, narratrice de cette histoire. Quant à Denis Malleval, il etst l'auteur de nombreux téléfilms autour de sujets historiques, comme "Le Lien" (2007) qui se déroulait durant la Seconde Guerre mondiale.

Louise Herrero et Flore Buanaventura dans "Malgré-elles" de Denis Malleval

Louise Herrero et Flore Buanaventura dans "Malgré-elles" de Denis Malleval

© Benoît Linder

Une reconnaissance tardive 

Il faut souligner que ce téléfilm arrive quatre ans après que les "Malgré-Elles" aient été reconnues et indemnisées. Pendant des décennies, elles ont vécu dans l'oubli et le déni. En 1981, 260 millions de marks ont été versés  en guise de dédommagement aux incorporés de force d'Alsace et Moselle qui ont refusé de partager cette somme avec les femmes concernées, mettant en avant le fait que travailler dans un champ de betteraves et combattre au front n'était pas comparable. En 2008, après des années de polémique, les 5800 survivantes de cette époque ont reçu 800 euros d'indemnisation contre 1387 pour les hommes. Une reconnaissance tardive, partielle. Il fallait bien un documentaire, un livre et un téléfilm pour sur le destin de ces Malgré-elles pour combler enfin ces années de silence.

"Les Malgré-elles" de Nina Barbier aux Editions La Nuée Bleue, 2001, 112 pages, 22 euros