Anna Karénine : valse tourbillonnante

Par Sophie Jouve @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 06/12/2012 à 09H39
Keira Knightley, Anna Karénine

Keira Knightley, Anna Karénine

© Universal Studios

En se lançant dans une énième adaptation du roman de Tolstoï, Joe Wright (« Orgueil et Préjugés, « Reviens-moi ») prend le parti de planter les scènes citadines de cette histoire romanesque dans un théâtre à l’italienne. Sur scène et en coulisse, les intrigues et les amours de ses héros s’entrecroisent comme une société où tout serait spectacle.

Drame de Joe Wright  - 2h11 – Sortie : 5 décembre - Avec Keira Knightley, Jude Law, Aaron Taylor-Johnson

Synopsis : La belle Anna Karénine, mariée à un haut fonctionnaire russe très en vue à Saint-Pétersbourg, tombe amoureuse du comte Vronski, bel officier de cavalerie. Une passion adultère qui fait scandale dans cette Russie de 1874, dominée par le paraître.


Une valse fiévreuse qui donne le tournis
Situer l'histoire dans un théâtre, l’idée est astucieuse, les images magnifiques, mais elles donnent vite le tournis. Le réalisateur américain filme cette histoire d’amour-à-mort comme une valse fiévreuse, avec moult travellings traduisant les tourments des amants. Après un long préambule très esthétisant, on s’attend à ce que les personnages, comme dans une comédie musicale, se mettent à chanter.

Heureusement, pour rythmer cette chute effrénée d’Anna Karénine, Joe Wright nous offre des pauses : le claquement d’un éventail, le galop des chevaux, ralentis qui soulignent d’autant mieux le désir à son paroxysme.

Une belle distribution
Certains regretteront que cette version très papier glacé, mette l’émotion à distance, d’autres seront séduits par son parti-pris de styliser la passion. La distribution en revanche est d’une parfaite homogénéïté. Keira Knightley est une Anna Karénine éprise et dévastée, Aaron Taylor-Johnson campe un Vronsky troublant, quant à Jude Law il est méconnaissable et d’une magnifique intensité dans le rôle du mari trompé.

Keira Knightley ( Anna Karénine) et Jude Law (son mari)

Keira Knightley ( Anna Karénine) et Jude Law (son mari)

© Universal Studios

Keira Knightley et Aaron Taylor-Johnson (Comte Vronsky)

Keira Knightley et Aaron Taylor-Johnson (Comte Vronsky)

© Universal Studios