"Vincent et moi" : l'émouvante histoire d'un père et de son fils trisomique

Par @Culturebox
Mis à jour le 21/03/2018 à 17H28, publié le 21/03/2018 à 16H30
"Vincent et moi" un documentaire émouvant sur la difficulté de faire accepter le handicap mental 

"Vincent et moi" un documentaire émouvant sur la difficulté de faire accepter le handicap mental 

© Next Film Distribution

Le documentaire "Vincent et moi" raconte le parcours du combattant d'un père et de son fils trisomique. Edouard, va tout faire pour que Vincent puisse devenir autonome, travailler et se faire accepter. Trois années de tournage qui racontent la difficulté de faire accepter la différence. Une histoire poignante

Il s'appelle Vincent. Il est le héros d'un film, mais il n'est pas tout seul. "Vincent c'est moi, et 'moi', c'est mon père", raconte le jeune homme lorsqu'on l'interroge sur le titre du documentaire. Vincent est né avec une trisomie 21, une différence qui demande du courage, de la patience et une bonne dose d’humour parfois. Tout est un peu... beaucoup... plus compliqué pour lui.

Maintenant, il a grandi. Il aimerait vivre comme tout le monde, travailler, être autonome mais surtout être amoureux. Edouard, son père, va tout faire pour l’aider à trouver cette indépendance qu’il désire tant, mais Vincent sera-t-il capable de voler de ses propres ailes ?

Reportage : P. Deschamps / C. Vignal / P. Grandouiller . J. Cohen-Olivieri / JC. Lambard

Père et réalisateur

Vincent et moi, c'est l'histoire d'une relation unique entre un père et son fils. Il y a trois ans, Edouard Cuel, le père, lui-même réalisateur de films documentaires, a décidé de raconter le passage à la vie d'adulte de Vincent.

Le père de Vincent a donc demandé à un ami de tenir la caméra pour les filmer aussi tous les deux. "Je m'étais demandé : 'comment à la fois rester un documentariste pur et dur et à la fois dire ce que j'ai envie de dire ?' Je n'avais qu'une seule solution, c'était de rentrer dans le film", dit Édouard Cuel, le père de Vincent. Le film montre aussi les moments difficiles, comme lorsqu'un lycée professionnel refuse d'accepter Vincent à cause de son handicap.