Avec "Blue", Disney entraîne le spectateur 20.000 lieues sous les mers

Par @Culturebox
Mis à jour le 01/04/2018 à 09H05, publié le 24/03/2018 à 11H09
"Blue", une plongée incroyable dans le monde du silence.

"Blue", une plongée incroyable dans le monde du silence.

© The Walt Disney Company France

Après "Nés en Chine" (2016), "Au royaume des singes" (2015) ou "Félins" (2011), Disneynature, la branche documentaire des studios Disney, signe un nouvel hommage à la beauté de notre planète. "Blue" immerge littéralement le spectateur dans un monde fascinant, celui des océans. En salles le 28 mars 2018.

Reportage : P. Deschamps / E. Noël
Qui n’a jamais rêvé de se plonger dans l’immensité des océans ? Un privilège plus seulement réservé aux plongeurs. Grâce à des films documentaires comme, entre autres, "Océans" de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud (2009) ou, bien avant eux, "Le monde du silence" de Jacques-Yves Cousteau et Louis Malle (1956), le public a pu entrevoir cet univers fascinant et mystérieux. Avec "Blue", la dernière création des studios Disney, on franchit un palier supplémentaire. Grâce à un matériel de pointe, le spectateur n’aura jamais été aussi loin dans sa découverte du monde sous-marin.
Un monde peuplé de créatures fascinantes mais aujourd'hui en danger.

Un monde peuplé de créatures fascinantes mais aujourd'hui en danger.

© The Walt Disney Company France
Pendant 3 ans, le réalisateur et zoologiste Keith Scholey a, avec son équipe, vécu au rythme des dauphins et des baleines mais aussi des requins et autres créatures étranges et parfois inconnues. Des créatures filmées en très gros plan, saisies sur le vif par les techniciens qui ont fini par se fondre dans le décor. "C'est comme si on avait reconstitué sous l'eau de vrais studios de cinéma terrestres", explique le réalisateur. "Pour certains animaux il a fallu installer des trépieds, des objectifs très puissants et le tout, en restant en vie ! "
Car ce que le film rappelle c’est que l’océan reste un élément à la fois hostile et fragile. Sa beauté sauvage est menacée. Selon des chercheurs, si rien n’est fait pour protéger la planète, la ressource en poissons sera épuisée d’ici 30 ans dans la zone Asie Pacifique et 90% des massifs coraliens seront quasiment détruits d’ici 2050. "Blue" est donc un plaidoyer pour ce monde du silence qui subit chaque jour la déraison des hommes. Ainsi que le rappelle Cécile De France, narratrice du film en français : "L'inventivité de la Nature est époustouflante, il faut la protéger et la respecter." Une leçon grandeur nature à découvrir à partir du 28 mars au cinéma.

"Blue" de Keith Scholey et Alastair Fothergill

L'Océan est unique, seuls les hommes le mettent au pluriel. Il est partout, recouvre plus de 70% de la Terre et donne à notre maison sa couleur et son nom : la planète bleue. Dans cet environnement somptueux et fragile, les dauphins seront nos guides pour partager cette grande histoire de l'Océan qui est celle de nos origines et notre avenir. Une histoire universelle qui résonne en chacun de nous.

affiche Blue © The Walt Disney Company France