"12 jours" : Raymond Depardon à l'écoute des internés sous contrainte

Mis à jour le 29/11/2017 à 09H38, publié le 24/10/2017 à 18H18
Photo extraite de "12 jours"

Photo extraite de "12 jours"

© Wild Bunch productions

Le cinéaste et photographe Raymond Depardon signe "12 jours", un documentaire au cours duquel il a filmé les rencontres entre une magistrate et les personnes hospitalisées sous contrainte en psychiatrie. Deuxième film de son auteur à propos de psychiatrie et quatrième autour de la justice et de la liberté, il fait entendre des voix rarement écoutées. Un document qui sort ce mercredi 29 novembre.

La note Culturebox

4
4/5
Au bout de douze jours d'internement sous la contrainte, la justice doit décider du maintien en détention ou de la remise en liberté des personnes placée en institution psychiatrique sans leur consentement. Douze jours, Raymond Depardon en a fait le titre de son film. La justice, l'enfermement, la perte de la liberté sont des thèmes récurrents chez Raymond Depardon. Et pas seulement dans ses documentaires. En 1980, son film "La captive du désert", avec Sandrine Bonnaire, racontait la détention de Françoise Claustre au Tibesti.

"12 jours" est le deuxième documentaire du cinéaste-photographe dans le monde de la maladie mentale. En 1982, c'était "San Clemente", tourné dans un mouroir psychiatrique italien. Toujours d'une très grande humilité, le réalisateur a cette fois posé trois caméras dirigées, l'une vers la magistrate, la deuxième vers la personne internée, et une troisième qui filme la scène de profil, montrant tout l'espace du petit bureau.

Raymond Depardon invité du Soir 3

https://videos.francetv.fr/video/NI_1129941@Culture

Passer inaperçu

La grande force de Raymond Depardon, ancien photographe de guerre, est de réussir à ne pas influer sur l'instant qu'il filme. Sans que l'on comprenne vraiment comment, il réussit à passer inaperçu, à ne rien modifier malgré sa présence et celle des caméras. Le moment est pourtant très important pour ceux qui "comparaissent" devant la magistrate. Elle doit décider si la personne face à elle peut être remise en liberté sans présenter de danger pour elle-même ou pour autrui. La discussion est parfois émouvante, profonde, certains échanges pourraient préter à sourire, mais le contexte est là qui rappelle tout de suite à la réalité.
BA 12 jours de Raymond Depardon

Ceux qu'on n'entend jamais

Les documentaires de Raymond Depardon sont nécessaires. Ils portent la parole de ceux qu'on n'entend jamais. Autrefois les délinquants et les prisonniers, aujourd'hui ces citoyens mis à l'écart de la société et que leur santé mentale risque de condamner à un long emprisonnement. Certains, en tentant de montrer qu'ils vont bien, font la preuve du désordre de leur pensée. D'autres ne paraissent pas comprendre l'enjeu du moment. Tous sont des citoyens, des êtres tout aussi humains que la magistrate, les infirmiers, le cinéaste ou le spectateur. Et c'est l'honneur de Raymond Depardon de toujours nous le rappeler.
12 jours, l'affiche

12 jours, l'affiche

© Wild Bunch productions

12 jours

Film documentaire français de Raymond Depardon
Montage Claudine Nogaret
1h27
sortie française le 29 novembre 2017