De Niro reçoit des mains de son ami Scorsese l'Etoile d'Or du Festival du film de Marrakech

Mis à jour le 02/12/2018 à 15H10, publié le 02/12/2018 à 11H14
Robert De Niro reçoit des mains de son ami et complice de toujours, Martin Scorsese, l'Eloile d'Or du Festival du film de Marrakech, le 1er décembre 2018.

Robert De Niro reçoit des mains de son ami et complice de toujours, Martin Scorsese, l'Eloile d'Or du Festival du film de Marrakech, le 1er décembre 2018.

© FADEL SENNA / AFP

Robert de Niro a reçu des mains de son vieil ami et complice "Marty", Martin Scorsese, l'étoile d'Or du festival international de Marrakech, en hommage à sa carrière exceptionnelle d'acteur. L'acteur a aussi a profité de la cérémonie d'hommage pour dénoncer "la version grotesque du nationalisme" portée selon lui par la politique du président Donald Trump.

"On pourrait dire que c'est le pic de sa carrière, mais ce type a plus de pics que la chaîne de l'Atlas", a plaisanté le réalisateur américain qui vient de terminer son neuvième film, "The Irish Man", avec son acteur fétiche.

Leurs premiers films ensemble il y a 45 ans

"Nous avons fait nos premiers films ensemble il y a 45 ans je pense, c'est une des plus grandes choses de ma vie", lui a répondu Robert De Niro qui a grandi dans le même quartier italien de New York, a percé grâce à lui dans "Mean Streets", en 1973, et tourné avec lui plusieurs de ses films monuments, comme "Taxi driver", Palme d'or à Cannes en 1976, et "Raging Bull" qui lui valut un Oscar en 1981.
Pugnace et engagée, la star âgée de 75 ans a profité de la cérémonie d'hommage à Marrakech pour dénoncer "la version grotesque du nationalisme" portée selon lui par la politique du président américain Donald Trump. "Malheureusement, dans mon pays, nous vivons une version grotesque du nationalisme (....) marquée par la cupidité, la xénophobie et l'égoïsme sous la bannière de 'America first', a-t-il lancé sous un tonnerre d'applaudissements.

De Niro en opposition viscérale à Donald Trump

L'acteur, réalisateur et producteur a participé à de nombreuses manifestations contre Donald Trump. Il a même insulté publiquement le milliardaire républicain en juin dernier au cours de la cérémonie des Tony, récompenses de Broadway, en lançant un retentissant "J'emmerde Trump". En octobre, il a été visé par un des treize colis piégé envoyés de Floride par un fan de Donald Trump.

A Marrakech, Robert de Niro a joué en professionnel son rôle de "guest star" en multipliant selfies et autographes à son arrivée sur le tapis rouge du Palais des Congrès. Il n'a pas caché son émotion pendant l'interminable ovation que lui a réservée le public à son entrée sur scène. 

Hommage à Bernardo Bertolucci 

Comme Martin Scorcese, il a rendu un hommage ému au réalisateur italien Bernardo Bertolucci, auteur notamment du sulfureux "Dernier Tango à Paris",  mort lundi à l'âge de 77 ans. Il avait tourné avec lui en 1976 dans la grande fresque épique et historique "Novecento".
Avec 38 films à son actif entre 1971 et 2018, Robert de Niro a travaillé avec d'autres grands réalisateurs comme Francis Ford Coppola, Brian de Palma, Elia Kazan, Sergio Leone, Michael Cimino, Michael Mann ou encore Quentin Tarantino. Son prochain film, "The Irishman", qui sortira en exclusivité sur Netflix en 2019, est inspiré d'une histoire vraie, celle du tueur à gages de la mafia Frank Sheeran.