"Woman at War", l’autre Dame des landes

Mis à jour le 02/07/2018 à 08H51, publié le 01/07/2018 à 10H21
Halldora Geirhardsdottir dans "Woman at War"

Halldora Geirhardsdottir dans "Woman at War"

© Slot Machine 2018 Photo JimmyAndres - Salina_Moreno

Vif et plein de ressources, ce "film d’action poétique" a pour héroïne une activiste quinquagénaire qui sévit dans la lande islandaise. Mi-Don Quichotte, mi-Lara Croft en Damart, elle plonge le pays dans l’obscurité en dynamitant les pylônes électriques qui approvisionnent les usines d’aluminium, menaces pour les terres sauvages de l’île.

La note Culturebox

5
5/5
Derrière le sourire désarmant d’Halla (formidable Halldora Geirhardsdottir) se cache une femme en colère. Une Amélie Poulain bombardée à Notre Dame des Landes. Aussi douce que déterminée, elle est vraiment étonnante. Attentive aux autres mais aussi prête à imposer à la société toute entière ses choix radicaux. Une combattante, ingénieuse, dure à la douleur.
"Woman at War". © Benedikt Erlingsson 2018

Traquée par toutes les forces de sécurité du pays, elle s’en sort toujours grâce à son intelligence, sa vivacité… Jusqu’à ce qu’un deuxième combat, plus personnel, remonte à la surface : sa demande d’adoption, formulée quatre ans plus tôt, vient d’être acceptée. Une fillette l’attend en Ukraine. Entre la Terre et la Mère, il va falloir choisir, et ce n’est pas simple. La prise de risque de l’activiste s’accommode mal avec le besoin de stabilité que réclame cette maternité inespérée.

"Woman at War" est une œuvre très personnelle, dopée par une puissante dose de créativité : par exemple, la bande son du film est à l’image. Pour être plus précis, les musiciens ou les chorales qui l'éxécutent sont présents, plus ou moins discrètement, y compris dans les scènes intimes. Un troublant dédoublement, qui souligne la fiction et s’opère sans la moindre fausse note.
"Woman at War" - © Benedikt Erlingsson 2018

Le filmage de Benedikt Erlingsson est magnifique, ample. La première scène du film donne le ton : la neutralisation d’une ligne à haute tension par Halla, armée d'un simple arc et de flèches, une séquence impeccablement mise en image, à couper le souffle ! Plus tard, l’attaque d’un drone, symbole d’une nouvelle société de surveillance et d’oppression, avec la même arme, restera une autre séquence d’anthologie.

Ce film audacieux se déploie dans d’immenses ciels, à travers des paysages époustouflants, ses couleurs sont chaudes. Aussi poétique que politique, sans manichéisme. Un grand bol d’air, un vrai coup de coeur à partager. 
"Woman at War" © Benedikt Erlingsson 2018

LA FICHE

Genre : Comédie, Thriller
Réalisateur : Benedikt Erlingsson
Pays : Islande
Acteurs : Halldora Geirhardsdottir, Davíd Thór Jónsson et Jóhann Sigurðarson 
Durée : 1h41
Sortie : 4 juillet 2018

Synopsis : Halla, la cinquantaine, déclare la guerre à l’industrie locale de l’aluminium, qui défigure son pays. Elle prend tous les risques pour protéger les Hautes Terres d’Islande … Mais la situation pourrait changer avec l’arrivée inattendue d’une petite orpheline dans sa vie …