Vanessa Paradis dans « Café de Flore » : qui trop embrasse…

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 29/01/2012 à 18H18
Vanessa Paradis et Marin Gerrier dans "Café de Flore" de Jean-Marc Vallée

Vanessa Paradis et Marin Gerrier dans "Café de Flore" de Jean-Marc Vallée

© UGC Distribution

De Jean-Marc Vallée (France/Canada), avec : Vanessa Paradis, Kevin Parent, Hélène Florent, Evelyne Brochu - 2h00 - Sortie : 25 janvier

Synopsis : Entre le Paris des années 1960 et le Montréal d’aujourd’hui, les destins parallèles de Jacqueline une jeune parisienne mère célibataire d’un enfant trisomique, d’Antoine, un DJ montréalais, et des femmes qui l’entourent. Ce qui les relie : l’amour, troublant, maladroit, imparfait et inachevé : humain.

https://videos.francetv.fr/video/NI_129479@Culture

Tempo
Du Québécois Jean-Marc Vallée, on se souvient de « C.R.A.Z.Y. »,  avec lequel « Café de Flore » a beaucoup à voir. La famille, la musique, le temps… Ici l’amour, le couple, la rupture a pris la place de la famille. Le cinéaste joue autant sur le temps que le tempo - surtout sur celui de Pink Floyd (« Time ») -, qu’il réinvite. Demeure une belle invention, celle de réaliser un film d’amour sur le thème de la séparation. Un beau paradoxe, mais qui ne tient pas ses promesses.

S’il s’en était tenu là : quel beau film cela aurait été. Sur deux histoires (deux films ?) en parallèle, et non « croisées » comme on se plait à nous le dire, puisque les personnages ne se croisent jamais. Deux histoires d’amour, distantes, dans le temps et l’espace. Celle d’un enfant trisomique avec une fillette, comme lui handicapée, contrariée par sa mère, et celle d’un homme avec une femme, dont l'épouse en souffre jusqu'à dépérir. Les deux ont en commun une séparation. Celle d’un fils qui s'émancipe de sa mère, et celle d’une épouse qui voit son mari lui échapper.

Kevin Parent et Evelyne Brochu dans " Café de Flore" de Jean-Marc Vallée

Kevin Parent et Evelyne Brochu dans " Café de Flore" de Jean-Marc Vallée

© UGC Distribution

Gâchis
Mais pourquoi sur une si belle idée Jean-Marc Vallée a-t-il voulu en rajouter ? La première partie est remplie de cette subtilité qui habite le sujet, de plus avec un montage visuel et musical qui travaillent un grand film. Situation, interprétation, montage, bande son sont en phase : roll on. Puis, vers la moitié du film, tout se délite : répétition, surlignage, pour finir dans l’intervention d’un irrationnel mal venu, comme dans le pire Lelouch.

Pourquoi ? Comme si l’on assistait au naufrage de ce qui aurait pu être un chef-d’œuvre s’enlise-t-il dans un tel fourvoiement ? Même si de beaux restes demeurent.  Jean-Marc Vallée, trop amoureux de son sujet semble s’être enlisé dedans : qui trop embrasse, mal étreint .

De Jean-Marc Vallée (France/Canada), avec : Vanessa Paradis, Kevin Parent, Hélène Florent, Evelyne Brochu - 2h00 - Sortie : 25 janvier   Lire la critique