"Trance" : Danny Boyle signe un thriller à tiroirs décapant

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 07/05/2013 à 23H10, publié le 07/05/2013 à 18H31
Rosario Dawson et James McAvoy dans "Trance" de Danny Boyle
	 

Rosario Dawson et James McAvoy dans "Trance" de Danny Boyle

 

© 20th Century Fox France

Après deux beau succès avec "127 heures" et "Slumdog Millionnaire", Danny Boyle pourrait bien encore décrocher la timbale avec "Trance", un thriller malin et violent, nanti d'un beau trio d'acteurs : James McAvoy (« X-Men : le commencement », « Wanted »), Vincent Cassel, que l'on ne présente plus, et la sculpturale Rosario Dawson, vue dans "Boulevard de la mort" ou "Descent".

De Danny Boyle (Grande-Bretagne), avec : James McAvoy, Rosario Dawson, Vincent Cassel , Tuppence Middleton - 1h35 - Sortie : 8 mai
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Synopsis : Commissaire-priseur expert dans les œuvres d’art, Simon se fait le complice du gang de Franck pour voler un tableau d’une valeur de plusieurs millions de dollars. Dans le feu de l’action, Simon reçoit un violent coup sur la tête. À son réveil, il n’a plus aucun souvenir de l’endroit où il a caché le tableau. Ni les menaces ni la torture ne lui feront retrouver la mémoire. Franck engage alors une spécialiste de l’hypnose pour tenter de découvrir la réponse dans les méandres de l’esprit de Simon…
"Trance" : la bande-annonce
Transcendantal
A la vision de « Trance », Danny Boyle mérite vraiment son Oscar du meilleur réalisateur, obtenu en 2009 pour « Slumdog Millionnaire ». En premier lieu, il filme un scénario original, et non une adaptation, écrit au millimètre, bluffant de bout en bout, manipulateur en diable, où chacun des protagonistes manipule l’autre, tant et si bien que l’on ne sait, jusqu’à la résolution, qui manipule qui. Avec à la clé un suspense final époustouflant et spectaculaire : chapeau !

S’il est étonnant de voir deux films cette semaine tourner autour d’une histoire de coma traité par l’hypnose - l’autre étant « l’Hypnotiseur » de Lass Hallström -, aucune hésitation, allez voir « Trance ». Tant l’intrigue est bien agencée, implacable, et filmée de main de maître par un réalisateur qui n’a pas fait du cinéma de genre son pré carré, même s’il s’y est déjà frotté.
Rosario Dawson (G), vincent Cassel (C) James McAvoy (D) dans "Trance de Dany Boyle

Rosario Dawson (G), vincent Cassel (C) James McAvoy (D) dans "Trance de Dany Boyle

© 20th Century Fox France

Sorcier
James McAvoy, en esthète employé d’une maison de ventes, bien propre sur lui et lunaire, correspond au rôle, à qui l’on donnerait le Bon Dieu sans confession. Pas forcément avec raison… Rosario Dawson, en hypnotiseur, l’est autant par ses méthodes que sa plastique renversante. Quant à Vincent Cassel, il déploie toute la brutalité et le charme, réclamés par le script, alors que sa stratégie va se retourner contre lui, au terme de nombreux rebondissements bien minutés.

On se laisse prendre sans ambages à ce braquage qui est plus celui de l’esprit de chacun que l’accaparation de la toile de maître - « Le vol des sorcières » de Rembrandt -, au centre de l’intrigue. Danny Boyle maîtrise son sujet et s’amuse à nous manipuler. Un jeu du chat et de la souris auquel on se prête avec complaisance jusqu’au bout : ensorcelant.