"The Last Family", film morose sur une Pologne désenchantée

Mis à jour le 16/01/2018 à 19H44, publié le 16/01/2018 à 19H08
"The Last Family" de Jan P. Matuszynski

"The Last Family" de Jan P. Matuszynski

© Potemkine Films

Les pays de l’Est livrent régulièrement leurs états d’âme dans des films qui font le constat de sociétés mal vécues par leurs habitants, donc leurs cinéastes. Cette constance se confirme dans "The Last Family", du jeune réalisateur Polonais Jan P. Matuszynski qui prend comme prétexte la famille du peintre Zdzislaw Bekinski. Plutôt qu’un biopic, le portrait d’un pays à la dérive.

La note Culturebox

2
2/5

Pays malade

Même si elle est rare, cette sombre régularité du cinéma d’Europe de l’Est, surtout en provenance de Roumanie, de Hongrie et de Pologne, reflète un malaise. Jan P. Matuszynski prend la Pologne en 1977, jusqu’en 2005, date de l’assassinat de Zdzislaw Bekinski de 17 coups de couteau, par le fils d’un proche, dont le mobile reste trouble et non expliqué dans le film.
"The Last Family" : la bande annonce
Le sujet est autre. Il suit l’évolution d’une Pologne en mutation, tant politique, avec la fin du communisme, que dans les mentalités et les mœurs. Le film ne se réfère pas explicitement à ces changements, mais à leur impact sociétal. Peintre répertorié parmi les surréalistes et les fantastiques, Zdzislaw Bekinski visualise des univers post-apocalyptiques et macabres. Mais ce n’est pas plus le processus de création qui intéresse le cinéaste. Il ausculte une famille en pleine déliquescence, composée d’un couple et de leur grand fils aux tendances suicidaires, métaphore d’un grand pays malade.
"The Last Family" de Jan P. Matuszynski

"The Last Family" de Jan P. Matuszynski

© Potemkine Films

Non couleurs

Peintre, Bekinski est également sculpteur, photographe et vidéaste. Jan P. Matuszynski s’est largement inspiré des vidéos de l’artiste qui, après avoir longtemps enregistré sur bandes audio sa vie familiale, est passé au film. Cette matière donne une dimension documentaire, tout comme la prépondérance donnée aux plans séquence.

Il ne se passe pourtant pas grande chose dans cette famille néanmoins étrange. Si ce n’est le comportement impulsif du fils, célèbre animateur radio, qui se suicidera. Comme on peut le voir, ce n’est pas la foire du Trône… Pas moins de quatre enterrements rythment le film, égréné de scènes répétitives, mais parfois éclairées de fulgurances. Les non couleurs dominent dans une lumière éteinte, à l’image d’un film sombre à la conclusion traumatique. Nihiliste.
The Last Family : l'affiche

The Last Family : l'affiche

© Potemkine Films

LA FICHE

Genre : Drame
Réalisateur : Jan P. Matuszynski
Pays : France
Acteurs :  Andrzej Seweryn, Dawid Ogrodnik, Aleksandra Konieczna, Magdalana Boczarska
Durée : ​2h03
Sortie : 17 janvier 2018

Synopsis : Le portrait singulier d’une famille d’artistes : Zdzisław Beksiński, peintre surréaliste polonais, sa femme Zofia et leur fils impulsif et suicidaire Tomasz, célèbre animateur radio. Appuyée sur les archives et vidéos enregistrées par Beksiński, cette chronique intime d’une famille hors-norme témoigne des changements de la société polonaise dans la deuxième moitié du XXe siècle.