"The Captain - l'usurpateur", beau film sur un monstre de la Seconde Guerre mondiale

Par @Culturebox
Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 22/03/2018 à 23H25, publié le 19/03/2018 à 15H30
Max Hubacher dans "The Captain : l'usurpateur" de Robert Schwentke

Max Hubacher dans "The Captain : l'usurpateur" de Robert Schwentke

© Alfama Films

Coutumier de la science-fiction avec "Divergente" 2 et 3 ainsi que "Hors du temps", le réalisateur allemand Robert Schwentke n’était pas attendu sur le sujet de "The Captain - l'usurpateur", s’agissant du sort des déserteurs de la Wehrmacht à la fin de la Seconde Guerre mondiale en Allemagne. Une histoire vraie, terrible, d’où ressortent les tréfonds de la nature humaine.

La note Culturebox

5
5/5

Ascèse sensible

Peu de films abordent la fin de la Seconde Guerre mondiale en Allemagne. "The Captain - l'usurpateur" traite le sujet sous un angle d’autant plus tabou, qu’il s’agit des désertions au sein de la Wehrmacht, lors de l’invasion alliée dans la dernière phase du conflit. Une période de chaos que Robert Schwentke transcrit dans le destin d’un homme qui va s’acharner sur ses semblables pour survivre. Stupéfiant.
"The Captain : l'usurpateur" : la bande annonce
Déserteur deux mois avant la fin de la guerre, Harold (Max Hubacher, une révélation), tombe sur l’uniforme d’un capitaine nazi, et le revêt pour passer entre les mailles de ses poursuivants. Il va se révéler un chasseur de déserteurs implacable, commettant les pires exactions. Réalisé en noir et blanc dans le format 16/3 (carré) "The Captain - l'usurpateur" atteint l’ascèse dans sa forme, mais aussi dans le récit. Chronologique, froid, le film n’en est pas moins sensible pour transcrire le revirement d’un homme jeune, d’une vingtaine d’années, contre des hommes parmi lesquels il aurait pu se trouver.

Dérangeant

"The Captain - l'usurpateur" se révèle une leçon sur la nature humaine comme l’on en prend rarement, et d'où l'on sort chaviré. Le récit d’une odyssée incroyable, dont la progression voit une victime (déserteur pourchassé) devenir le pire des tortionnaires. Il ira jusqu’à massacrer 90 soldats (sans distinguer déserteurs ou militaires en perdition) lors d’une seule exécution ! Un revirement effroyable et si bien narré que le film génère de l’empathie à son égard. Jusqu’à un certain point…
Max Hubacher et  Milan Peschel dans "The Captain - L'usurpateur" de Robert Schwentke

Max Hubacher et  Milan Peschel dans "The Captain - L'usurpateur" de Robert Schwentke

© Julia M. Müller / Weltkino Filmverleih
Son destin final est révélé dans un carton et l’on en est soulagé. Découvrez-le au terme de ce film coup de poing, effroyable et beau, inattendu et dérangeant. "The Captain - l'usurpateur" parle à nos consciences, met en lumière les aspects les plus sombres de l'humanité,  avec une force rare. Indispensable.

LA FICHE

Genre : Drame
Réalisateur : Robert Schwentke 
Pays : Allemagne / France / Allemagne
Acteurs : Max Hubacher, Milan Peschel, Frederick Lau, Bernt Hölscher, Waldemar Kobus, Alexander Fehling, Sascha Alexander Gersak
Durée : 1h58
Sortie : 21 mars 2018
Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement

Synopsys : 1945. Le chaos se répand en Allemagne et les armées du III ème Reich commencent à se déliter en avril 1945. Des escadrons de soldats ivres multiplient les exécutions sommaires, sans différencier déserteurs et fantassins ayant perdu leur unité. Pour survivre, un jeune déserteur allemand, Willi Herold, va usurper l’identité d’un capitaine, entraînant dans sa fuite avec lui des soldats pour une mystérieuse "mission spéciale".