"Spirou et Fantasio" au cinéma, fidèles à l'esprit de la BD

Par Pierre-Yves Grenu @Culturebox
Mis à jour le 23/02/2018 à 15H48, publié le 18/02/2018 à 10H16
Thomas Solivérès et Alex Lutz sont "Spirou et Fantasio" 

Thomas Solivérès et Alex Lutz sont "Spirou et Fantasio" 

© Sony Pictures Releasing France

Quelques mois après le "Petit Spirou" de Nicholas Bay, le cinéma français retourne chercher son inspiration dans les aventures du petit groom roux. Un spectacle familial qui bénéficie d'un casting alléchant.

La note Culturebox

3
3/5
Dans le riche univers de la BD franco-belge, Spirou est un cas assez particulier : le personnage est la propriété de son éditeur et de nombreux auteurs se sont succédé pour lui donner vie, certains plus marquants que d'autres (Franquin ou Tom et Janry). Conséquence : depuis sa création à la fin des années 30, Spirou a régulièrement changé d'allure mais aussi de tempérament, au fil de l'inspiration de ses créateurs.
Trop d'identités... et finalement une identité floue ? C'est un peu ce qu'on ressent avec cette version cinéma. Alexandre Coffre et ses scénaristes Juliette Sales et Fabien Suarez nous proposent un Spirou plus "noir" que dans ses cases. Pickpocket, pas vraiment bon camarade, il faut un peu de temps pour s'habituer aux nouveaux habits du groom roux, qui va d'ailleurs se bonifier au cours de ses aventures. Dans son costume rouge, Thomas Solivérès semble hésiter un peu quant à la conduite à tenir dans l'interprétation du personnage. Ce Spirou assez terne laisse, du coup, beaucoup d'espace aux autres personnages, à commencer par Fantasio. Campé par Alex Lutz, il est plus marqué : fantasque, gauche, facilement irascible mais finalement une bonne nature.

Bonne nouvelle tout de même, le film respire la BD. Respectueux du "patrimoine" Spirou, il est aussi pourvu d'une bonne dose de modernité et ne se prend pas au sérieux. Les acteurs interprètent des personnages délibérément caricaturaux, à l'image du super méchant Zorglub porté par un Ramzy méconnaissable.
Ramzy tient le rôle du méchant Zorglub © Sony Pictures Releasing France
Le casting est globalement bien dans son époque avec Ramzy, Lutz, Nakache, Desagnat, ou même M. Poulpe (Christian Clavier, rare représentant de la génération précédente, ne livre pas une prestation inoubliable en Comte de Champignac). Idem pour les choix esthétiques assez réussis, qui révèlent la passion du réalisateur pour les grands films français d'aventures des années 60-70 ("L'Homme de Rio", "Le Sauvage"…). Moins positif : l’intrigue est presque secondaire. Picorée dans les différents albums pour constituer une histoire à part entière, elle a certes le mérite de convoquer les principaux personnages de l'univers Spirou mais elle demeure très prévisible. Malgré ces réserves, ces aventures de Spirou et Fantasio demeurent un spectacle familial honorable.  
Christian Clavier dans "Les aventures de Spirou et Fantasio" © Sony Pictures Releasing France

LA FICHE

Genre : Aventure
Réalisateur : Alexandre Coffre
Pays : France
Acteurs : Thomas Solivérès, Alex Lutz, Ramzy Bedia, Géraldine Nakache et Christian Clavier
Durée : ​1h29
Sortie : 21 février 2018

Synopsis : Lorsque Spirou, prétendu groom dans un Palace, rencontre Fantasio, reporter en mal de scoop, tout commence très fort… et plutôt mal ! Ces deux-là n’ont aucune chance de devenir amis. Pourtant, quand le Comte de Champignac, inventeur aussi génial qu’excentrique, est enlevé par les sbires de l’infâme Zorglub, nos deux héros se lancent aussitôt à sa recherche. En compagnie de Seccotine, journaliste rivale de Fantasio, et de SPIP, petit écureuil espiègle, ils sont entrainés dans une poursuite effrénée entre l’Europe et l’Afrique. Spirou et Fantasio vont devoir faire équipe pour sauver Champignac… et accessoirement le reste du monde !