"Pentagon Papers" : Meryl Streep et Tom Hanks dirigés par un Spielberg inspiré

Mis à jour le 23/01/2018 à 20H04, publié le 23/01/2018 à 13H26
Tom Hanks et Meryl Streep dans "Pentagon Papers" de Steven Spielberg

Tom Hanks et Meryl Streep dans "Pentagon Papers" de Steven Spielberg

© Universal Pictures International France

Qu'il est beau de voir la fabrique d'un journal ! A l’heure où le public, d’après plusieurs sondages, considère les journalistes comme les professionnels envers lesquels l’on peut avoir le moins confiance, après les politiques, Steven Spielberg revalorise la presse d’investigation en racontant l’histoire du Washington Post au seuil des années 70.

La note Culturebox

5
5/5

Dr. Steven & Mr. Spielberg

Il y a deux Steven Spielberg. Le réalisateur de blockbusters :"Les Dents de la mer", "Rencontres du 3e type", "E. T.", "Les Aventuriers de l’Arche perdue", "La Guerre des mondes"… Et il y a le cinéaste traitant des sujets plus adultes : "L’Empire du soleil", "La Liste de Schindler", "Munich", "Lincoln", "Le Pont des espions"… "Pentagon Papers" relève de cette dernière veine. Consacré aux révélations en 1971 du New York Times, puis du Washington Post, sur l’implication politique et armée au Vietnam sous quatre administrations américaines de 1947 à 1967, c’est du même coup l'évocation d’une formidable histoire de presse. La publication de ces documents classés sécurité défense démontrait les mensonges étatiques pour justifier l'intervention au Vietnam, tout en la désignant dès 1965 comme une guerre perdue d'avance. Le "bourbier vienamien" devait encore durer dix ans, avec des milliers de morts des deux côtés et traumatiser une nation qui perdait pour la première fois un conflit . Les Pentagon Papers firent l'effet d'une bombe et vaciller Nixon à la Maison-Blanche.
"Pentagon Papers" : la bande annonce
En aparté de ces révélations, demeure l'histoire journalistique elle-même. Celle du "Post", en perte de vitesse, concurrencé par son rival "The New York Times", à l'origine des publications, et après lequel il court. C'est en fait le cœur du film. D'où son titre original "The Post", et non l'appelation des documents en eux-mêmes, auxquels fut accolé celle de "Pentagon Papers", repris dans le titre français. Meryl Streep, en héritière du Washington Post après le décès de son mari, et Tom Hanks, comme rédacteur en chef, constituent un des meilleurs tandems d’acteurs de ces dernières années. Deux stars devant la caméra d’une autre. Trio gagnant. La mise en scène de Steven Spielberg est remarquable de sobriété, d’efficacité et d’élégance pour transmettre l’aventure journalistique du Post, et politique, des Pentagon Papers. Un tel sujet, et sa forme, renvoient aux "Hommes du président" (1976) d’Alan J. Pakula sur l’affaire du Watergate, modèle du genre. "Pentagon Papers" peut ainsi être vue comme la préquelle du film de Pakula.

Reportage : D. Wolfromm / S. Gorny / H. Possetto

https://videos.francetv.fr/video/NI_1169885@Culture

"Trumpien"

C’est devenu un lieu commun : le cinéma américain a ce talent de mettre en perspective les questions sociétales, historiques et politiques du pays comme peu d’autres, et certainement pas le cinéma français. Encore récemment, l’annonce de la diffusion d’un téléfilm sur le drame du Bataclan a provoqué un tollé, entraînant le retrait de sa programmation. Tout choix est respectable, mais significatif.
Tom Hanks dans "Pentagon Papers" de Steven Spielberg

Tom Hanks dans "Pentagon Papers" de Steven Spielberg

© Universal Pictures International France
Il est étonnant que la production et la réalisation de films aux Etats-Unis entretiennent des correspondances avec le pouvoir en place. On a pu ainsi qualifier des films de "reaganiens", "bushiens", "obamaniens"… Non pas que ces réalisations se plient à une idéologie dictée par la Maison-Blanche. Mais ils collent à l'époque, qu'elles l'exaltent ou la dénoncent. Après les positions répétées de Donald Trump contre la presse, "Pentagon Papers", en la défendant, ne peut-il pas être vu comme l’un des premiers films "trumpiens" ? Pour rappeler à l'ordre le président américain entré en fonction il y a un an, le film de Spielberg est en tout cas génial.
"Pentagon Papers" : l'affiche française

"Pentagon Papers" : l'affiche française

© Universal Pictures International France

LA FICHE

Genre : Drame
Réalisateur : Steven Spielberg
Pays : France
Acteurs : Meryl Streep, Tom Hanks, Sarah Paulson, Bob Odenkirk, Tracy Ledds, Bradley Whitford, Bruce Greenwood, Matthew Rives
Durée : ​1h55
Sortie : 24 janvier 2018

Synopsis : Première femme directrice de la publication d’un grand journal américain, le Washington Post, Katharine Graham s'associe à son rédacteur en chef Ben Bradlee pour dévoiler un scandale d'État monumental et combler son retard par rapport au New York Times qui mène ses propres investigations. Ces révélations concernent les manœuvres de quatre présidents américains, sur une trentaine d'années, destinées à étouffer des affaires très sensibles… Au péril de leur carrière et de leur liberté, Katharine et Ben vont devoir surmonter tout ce qui les sépare pour révéler au grand jour des secrets longtemps enfouis…