"Mon XXe siècle", reprise du 1er film de la réalisatrice de "Corps et âme"

Par @Culturebox
Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 18/03/2018 à 13H03, publié le 18/03/2018 à 12H34
Dorota Segda dans "Mon XXe siècle" de Ildiko Enyedi

Dorota Segda dans "Mon XXe siècle" de Ildiko Enyedi

© Malavida

Avant de réaliser "Corps et âme", Ours d’or du Festival de Berlin en 2017, la réalisatrice hongroise Ildiko Enyedi avait tourné cette perle qu’est "Mon XXe siècle", qui reçut la Caméra d’or (récompense pour un premier film) au Festival de Cannes en 1989. Un film atypique, surréaliste et onirique avec la magnifique Dorota Segda dans le rôle principal.

La note Culturebox

4
4/5

La fin d’un monde

Récit éclaté qui débute en 1880 à New York lors de la présentation des premières ampoules électriques par Thomas Edison, "Mon XXe siècle" suit jusqu’en 1900 le destin de deux sœurs jumelles orphelines et séparées. L’une s’avère être une femme fatale, la seconde une activiste anarchiste. Leur parcours parallèle va les amener à rencontrer un même homme.
"Mon XXe siècle" : la bande annonce
S’il y a bien une trame narrative dans son film, Ildiko Enyedia cherche plus à transmettre des impressions qu’à raconter une histoire. Elle traduit le tournant du XXe siècle par une invention technologique, doublée d’un moment charnière de l’activisme politique et des mœurs. Si le film s’intitule "Mon XXe siècle", il s’agit surtout de la fin d’une Belle époque qui va sombrer bientôt dans l’horreur de la Première Guerre mondiale qui changera la face du monde.

Cinéma pur

Ce parti-pris d’un scénario aux thèmes transversaux évoque le surréalisme d’un "Paris qui dort" (1923) de René Clair ou de "L’Age d’or" (1930) de Louis Buñuel. Son somptueux noir et blanc photographié par Tibor Mathé renforce cette impression d’un cinéma au croisement du mélodrame classique et de l’expérimental. Alchimie qui renvoie également à la filmographie de Guy Maddin tout en référence aux films muets des années 20 ("La Chambre interdite", "Des trous dans la tête", "Et les lâches s’agenouillent"…).
Mon XXe siècle B

© Malavida
Ce rôle essentiel de la lumière dans le film, mise sous les auspices d’Edison, également inventeur de la pellicule cinématographique, identifie "Mon XXe siècle" à une célébration du cinéma. Ildiko Enyedi réintroduira une dimension onirique dans "Corps et âme", où deux êtres tombent amoureux en se rencontrant dans le même rêve sous la forme d’un cerf et d’une biche. Film d’une rare beauté visuelle, "Mon XXe siècle" vaut d’être (re)découvert.
"Mon XXe siècle" : l'affiche

"Mon XXe siècle" : l'affiche

© Malavida

LA FICHE

Genre :Comédie dramatique
Réalisateur : Ildiko Enyedi
Pays : Hongrie / Allemagne / Cuba
Acteurs :  Dorota Segda, Oleg Yankovskiy, Paulus Manker, Peter Andorai
Durée : 1h42 
Sortie : 14 mars 2018

Synopsis : En 1880, à l'orée du XXe siècle naissant, Edison invente l’ampoulke électrique au Menlo Park de New York, alors que deux jumelles voient le jour à Budapest. Ayant perdu leurs parents, elles sont séparées. Plus tard, en 1900, l'une d'elle est devenue une femme fatale, l'autre anarchiste. Sans le savoir, elles ont une relation avec le même homme…