"Minuscule - La vallée des fourmis perdues" : un film fourmillant d'idées !

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 29/01/2014 à 19H17, publié le 27/01/2014 à 16H06
"Minuscule - La vallée des fourmis perdues" de Thomas Szabo et Hélène Giraud

"Minuscule - La vallée des fourmis perdues" de Thomas Szabo et Hélène Giraud

© Le Pacte

La série animée "Minuscule" - diffusée sur France 2, succès en DVD - était une belle réussite, touchant autant les enfants que les adultes par la beauté de sa réalisation et son humour. Elle était déjà destinée au grand écran, mais il a fallu attendre. C’est désormais chose faite, le passage au cinéma s’effectuant tout naturellement, avec les mêmes qualités de l’original, la 3D en plus.

De Thomas Szabo et Hélène Giraud (France) - 1h29 - Sortie : 29 janvier 2014
A partir de 3 ans jusqu'à 103

Synopsis : Dans une paisible forêt, les reliefs d’un pique-nique déclenchent une guerre sans merci entre deux colonies rivales de fourmis convoitant le même butin : une boîte de sucres ! C’est dans cette tourmente qu’une jeune coccinelle va se lier d’amitié avec une fourmi noire et l’aider à sauver son peuple des terribles fourmis rouges...
"Minuscule - La vallée des fourmis perdues : la bande-annonce"

« Seigneur des anneaux » chez les insectes 
« Minuscule », c’est d’abord un style graphique élaboré par les réalisateurs Thomas Szabo et Hélène Giraud. Il repose sur un parti pris simple, mais efficace : filmer des extérieurs réels sur lesquels sont insérés des personnages numériques. Pas un commentaire, pas une parole, mais une sonorisation qui participe pour beaucoup de l’efficacité, tant sur petit que grand écran. La série TV avait pour cadre la campagne normande, elle est remplacée au cinéma par les majestueux paysages des Parcs nationaux du Mercantour (Alpes-Maritimes/Alpes-de-Haute-Provence) et des Ecrins (Alpes).

https://videos.francetv.fr/video/NI_141735@Culture

« Minuscule » a sans doute été initié comme une parodie du magnifique documentaire entomologique, « Microcosmos » (1996) de Claude Nuridsany et Marie Pérennou, dont il détourne le titre et également le sujet : « La vie privée des insectes », selon le sous-titre de la série TV. Passé au grand écran, « Minuscule » ne repose aucunement sur une série de sketches, mais consiste en une seule et grande aventure que les auteurs n’hésitent pas à définir comme « Une sorte de Seigneur des anneaux chez les insectes » ! Il y a de cela en effet dans la dimension épique du récit et les hostilités ouvertes entre un petit groupe (les fourmis noires et la coccinelle, qui pourrait être l’équivalent d’un hobbit), contre l’armée des fourmis rouges, identifiables aux Goblins, Orques et autres Uru kais du « Seigneur ».

"Minuscule - La vallée des fourmis perdues" de Thomas Szabo et Hélène Giraud

"Minuscule - La vallée des fourmis perdues" de Thomas Szabo et Hélène Giraud

© Le Pacte

Beauté, humour et rythme
L’humour est bien entendu omniprésent dans cette « Vallée des fourmis perdues ». Le graphisme un rien caricatural des insectes, les bruissements d’élytres qu’ils émettent, bruits de bouches et autres grattages, participent de la dimension comique. Le gang des mouches qui persécute la coccinelle est particulièrement hilarant, avec leur gros bruit de mobylettes pétaradantes et le ricanement constant de l’une d’entre elles.

La quête du graal, la fameuse boîte de sucre, est source de tous les périls, et l’attaque de la fourmilière n’est pas sans rappeler « Starship Trooper » de Paul Verhoven, ou « Alamo » de John Wayne. D’autres clins d’œil cinématographiques sont de mise, comme « Psychose » d’Alfred Hitchcock. « Minuscule - La vallée des fourmis perdues" » s’avère une belle réussite de l’animation française, confirmant, s’il le fallait, son savoir faire. Beau, drôle et enlevé, le film gagne sur tous les tableaux. Quand la technique se met si bien au service de l’imagination, l’on ne peut qu’applaudir des deux mains. Pardon, des six pattes.