« Les Petits princes » : une passion mortelle pour le foot

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Publié le 26/06/2013 à 09H52
Paul Bartel (II) dans "Les Petits princes" de Vianney Lebasque 

Paul Bartel (II) dans "Les Petits princes" de Vianney Lebasque 

© EuropaCorp Distribution

Premier film de Vianney Lebasque, « Les Petits princes » se révèle une très belle surprise, sur un adolescent féru de foot, prêt à risquer sa vie pour vivre sa passion. Le jeune Paul Bartel est impressionnant dans son étonnante composition au côté de Reda Kateb (« Un prophète ») et d’Eddy Mitchell, inattendu dans un rôle de coach.

De Vianney Lebasque (France), avec : Paul Bartel (II), Reda Kateb, Eddy Mitchell, Samy Seghir, Margot Bancilhon - 1h30 - Sortie : 26 juin 2013

Synopsis : JB, jeune prodige de 16 ans, est le dernier à intégrer le centre de formation où évoluent les plus grands espoirs du ballon rond. Entre l'amitié, la compétition, les rivalités et son attirance pour Lila, une jeune fille passionnée de street art, JB va devoir se battre malgré le lourd secret qui pourrait l'empêcher d'atteindre son rêve.
"Les Petits princes" : la bande-annonce

Authenticité
Vianney Lebasque s’est inspiré de sa propre expérience d’adolescent pour écrire son film. Passionné de football, il dut faire machine arrière, à la suite d’une blessure et se reconvertir dans… le cinéma. Il allie donc ses deux fers de lance dans « Les Petits princes » en mettant en scène un univers qu’il a bien connu, celui de l’entraînement de jeunes prodiges du ballon rond dans la promiscuité d’un centre de formation exigeant de haut niveau, au cœur duquel se joue leur avenir, mais aussi leur éveil à la vie.

Eddy Mitchell et son équipe dans "Les Petits princes" de Vianney Lebasque

Eddy Mitchell et son équipe dans "Les Petits princes" de Vianney Lebasque

© EuropaCorp Distribution

L’expérience vécue par le jeune réalisateur lui permet d’insuffler un réalisme sans faille à la reconstitution du centre d’entraînement, à l’apprentissage du vivre ensemble, à l’enseignement footballistique et au devoir de s’affirmer dans un univers très compétitif. Paul Bartel (vu dans « Les Géants » et bientôt dans « Michael Kohlhass » projeté à Cannes) s’affirme comme un jeune talent très étonnant et prometteur. Ses acolytes ne déméritent pas non plus. Le cinéaste a exigé qu’ils aient une pratique approfondie du football, afin d’être au plus proche de l’authentique.

https://videos.francetv.fr/video/NI_136055@Culture

Apprentissage

Cette authenticité, on la retrouve chez Eddy Mitchell et Reda Kateb, coach et assistant, criants de vérité. Mais c’est le drame que vit JB qui porte le film. Embarqué dans un mensonge pour vivre sa passion et qu’il va porter comme un fardeau jusqu’au bout. Fils d’agriculteur, métier pour lequel il ne se sent aucune affinité, son intégration au centre de formation pour devenir footballeur professionnel est pour lui une ouverture à la vie. L’amitié et l’amour, mais aussi l’inimitié et la rivalité dans un féroce contexte de compétition.

Vianney Lebasque fait passer beaucoup d’émotion dans un récit simple mais bourré de trouvailles, dont il vaut mieux ne pas trop révéler les composantes, afin d’en réserver la surprise.