"La tête à l'envers" : comment tout envoyer valser à Vienne

Par @Culturebox
Mis à jour le 25/03/2018 à 20H16, publié le 25/03/2018 à 11H32
Josef Hader dans "La tête à l'envers"

Josef Hader dans "La tête à l'envers"

© Wega Film/Majestic

Un critique musical réputé est viré de son journal. C'est pour lui le début d'une descente aux enfers alternant le drame et le burlesque. L'humoriste et réalisateur autrichien Josef Hader s'en donne à coeur joie dans ce film décapant.

La note Culturebox

4
4/5
"- Vous me virez ? Mais mes lecteurs protesteront...
- J'en doute. La plupart sont morts."

Dans le bureau de son patron, Georg doit digérer simultanément plusieurs mauvaises nouvelles : 1. On le pousse vers la sortie. 2. Il est, pour les dirigeants de son journal, l'incarnation d'une époque révolue. 3. Il ne sait strictement rien faire d'autre.

Alors, après avoir rendu sa carte de parking et embarqué ses effets personnels dans un petit carton, le désormais ex-critique musical le plus redouté de Vienne sombre d'abord dans le déni. Il cache la nouvelle à sa compagne, traîne indéfiniment dans les parcs, les bars, et constate qu'en quelques jours le petit milieu culturel l'a déjà enterré, fini les cartons d'invitations qui l'attendaient à l'accueil de l'Opéra. Et puis, monte le désir de vengeance. Irrépressible. Georg veut du mal à l'homme qui a mis son existence par terre et il va consacrer tout son temps et son énergie à lui nuire. C'est parti pour une descente aux enfers, finalement pas si tragique, car l'expert musical n'est pas particulièrement doué pour les expéditions punitives. 

Les Autrichiens connaissent bien Josef Hader pour ses one-man-shows et ses apparitions au cinéma en tant qu'acteur. Mais cette fois, il a choisi de tout faire, réalisateur et rôle principal de cette "Tête à l'envers". Et cette première est concluante. Satire décapante du quotidien de la classe moyenne viennoise, le film parvient à la fois à nous émouvoir et à nous faire rire.

Dans sa dégringolade, le banni croise des personnages savoureux, tel ce forain qui après l'avoir martyrisé à l'école devient son seul ami ou ce policier mélomane, sensiblement plus passionné par l'opéra que par les statistiques de la délinquance. Quant à sa compagne psy (excellente Pia Hierzegger), elle est si tourmentée par un désir tardif de maternité qu'elle ne prend pas immédiatement la mesure des événements, avant de goûter à son tour aux dérapages incontrôlés. 

"La tête à l'envers" de Josef Hader © Wega Film/Majestic

Entre salles de spectacles, fêtes foraines et merveilleux paysages enneigés, Josef Hader-réalisateur filme de fort belle manière le pétage de plomb de Josef Hader-comédien, enchaînant avec fluidité les ambiances lourdement dépressives et les instants drôles et pleins de surprises. 

"La tête à l'envers" de Josef Hader. © Wega Film/Majestic

LA FICHE

Genre : Comédie dramatique
Réalisateur : Josef Hader
Pays : Autriche
Acteurs :  Josef Hader, Pia Hierzegger, Jörg Hartmann et Georg Friedrich
Durée : 1h43
Sortie : 28 mars 2018

Synopsis : Un célèbre critique musical est brutalement renvoyé de son journal. Le coup porté à son égo est tel qu’il perd tout sens de la mesure, cache la vérité à sa femme, et décide de se venger de son ancien employeur, d’une façon aussi abracadabrante qu’inefficace…