"L'Ami, François d'Assise et ses frères" : béatitude et conflit

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 28/12/2016 à 15H34, publié le 26/12/2016 à 14H56
 Elio Germano dans "L'Ami" de Renaud Fely et Arnaud Louvet

 Elio Germano dans "L'Ami" de Renaud Fely et Arnaud Louvet

© Aeternam Flims

François d’Assise est sans doute le saint le plus représenté au cinéma. Roberto Rossellini, Michael Curtiz, Franco Zeffirelli et Liliana Cavani lui consacrèrent des films. Sans doute parce qu’il est le saint le plus identifié au Christ, mais aussi le plus populaire. Renaud Fely et Arnaud Louvet signe à quatre mains "L'Ami", une nouvelle pierre à l'édifice, à la fois éthéré et conflictuel.

La note Culturebox

2
2/5

Sine qua non

Vouant sa vie aux plus démunis, au tournant des XIIe et XIIIe siècles, François d’Assise n’eut de cesse de batailler contre le siège pontifical, et la hiérarchie cléricale, pour imposer un retour à l’humilité, à la charité et à une spiritualité contemplative, prônées par le Christ, face à une Eglise dispendieuse et fastueuse. Cette simplicité, il l’incarne, la vit, la prêche avec une telle conviction, un tel prosélytisme, une telle efficacité, que nombre de disciples l’ont rapidement rejoint, pour fonder, à terme, l’Ordre des frères mineurs, dénommer ensuite en son hommage, l’Ordre Franciscain. A ce titre, il sera un des rares religieux à être aussi rapidement canonisé, dès 1228, deux ans après sa mort.
"L'Ami, François d'Assise et ses frère" : la bande annonce
C’est cette phase de la vie de François, qui voit la fondation de l’Ordre, sur laquelle se focalise "L’Ami". Renaud Fely et Arnaud Louvet synthétisent sur un temps relativement court la quintessence du dogme franciscain. Car dogme il y a. Convaincu de la nécessité de créer son institution religieuse, François doit en soumettre la "règle" au pape pour la fonder. Une condition sine qua non. Dans cette optique, il doit la proposer, la débattre avec ses disciples, puis avec le cardinal de son diocèse ; il doit les convaincre de son bien-fondé, pour l’inscrire dans l’Eglise.

Reportage : N. Hayter / S. Gorney / G. Pinol / P. Crapoulet / J. Dejode

https://videos.francetv.fr/video/NI_884795@Culture

Patronage

C’est cette pugnacité à convaincre qui constitue la part la plus intéressante du film. Car François, généralement identifié à une personnalité éthérée, se dévoile ici sous un jour combatif, pour imposer sa vision d’un retour au message christique. En butte non seulement à la hiérarchie cléricale, mais à ses propres disciples, tous le trouvent trop exigent dans son ascèse. Il est notamment confronté à Elie de Cortone (Jérémie Renier), son bras droit, qui lui réclame à répétition plus de souplesse. Mais il trouve par contre une oreille attentive chez le Cardinal Hugolin (Olivier Gourmet) qui, à regret, lui demande de revoir sa copie, suite aux refus réitérés du Pape à accepter sa "règle".
Elio Germano et Jérémie Renier dans "L'Ami, François d'Assise et ses frères" de Renaud Fely et Arnaud Louvet

Elio Germano et Jérémie Renier dans "L'Ami, François d'Assise et ses frères" de Renaud Fely et Arnaud Louvet

© Aeternam Flims
La disparition soudaine de François de son cercle, qui laisse le groupe démuni face à son absence, est également un moment fort. Tout comme la rencontre avec Claire Offreduccio qui fondera sous son impulsion l’Ordre des sœurs Clarisse. La prise de pouvoir d’Elie sur le groupe, qui imposera finalement une règle plus consensuelle, est ressentie pratiquement comme une trahison envers la pure intransigeance de François.

Malheureusement, Renaud Fely et Arnaud Louvet réalisent un film d’une facture trop "pauvre", ce qui semble sous cet adjectif pourtant en totale adéquation avec le sujet. Si l’ascèse est de mise, une rugosité à la Bruno Dumont aurait été plus pertinente, que cette image pastorale, imprégnée de naïveté, qui contamine jusqu’à l’interprétation des acteurs. Il en résulte le sentiment d’une reconstitution de patronage, avec des participants qui, parfois, interprètent une béatitude caricaturale, alors que l’approche de "L’Ami" est, elle, digne de foi.
"L'Ami, François d'Assise et ses frères" : l'affiche

"L'Ami, François d'Assise et ses frères" : l'affiche

© Haut et Court

LA FICHE

Drame de Renaud Fely et Arnaud Louvet (France), Avec :   Jérémie Renier, Elio Germano, Yannick Renier, Olivier Gourmet, Alba Rohrwacher, Eric Caravaca, Marcello Mazzarella, Stefano Cassetti, Thomas Doret  - Durée : 1h27 - Sortie : 28 décembre 2016

Synopsis : À l’aube du XIIIe siècle en Italie, la vie simple et fraternelle de François d’Assise auprès des plus démunis fascine et dérange la puissante Église. Entouré de ses frères, porté par une foi intense, il lutte pour faire reconnaître sa vision d’un monde de paix et d’égalité.