"JSA (Joint Security Area)" : la déchirure des deux Corée vue par le réalisateur de "Old Boy"

Par @Culturebox
Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Publié le 26/06/2018 à 19H37
Song Kang-Ho (D) dans JSA (Joint Security de Park Chan-Wook

Song Kang-Ho (D) dans JSA (Joint Security de Park Chan-Wook

© La Rabbia

A l’heure d’une détente entre les Etats-Unis et La Corée du Nord, sort le film qui révéla le réalisateur sud-coréen Park Chan-Wook dans son pays en 2000, "JSA (Joint Security Area)", consacré à la déchirure de la péninsule coréenne. Inédit jusqu’à ce jour en France, le film est un témoignage frappant sur le drame coréen et recèle les qualités en devenir d’un des plus grands cinéastes de son pays.

La note Culturebox

3
3/5

Amour-haine

Park Chan-Wook ("Old Boy", "Mademoiselle") raconte avec complexité une histoire complexe, sur un sujet complexe… En pleine zone de sécurité (Joint Security Area) entre les deux Corée, éclate une fusillade où deux soldats nord-coréens sont tués. Dans un souci de neutralité, une jeune Suisse d’origine coréenne doit procéder aux interrogatoires contradictoires des deux partis.
"JSA (Joint Security Area) : la bande annonce
Le réalisateur Sud-coréen aime les scénarios à tiroirs, nourris de retours en arrière, de sous-intrigues et de coups de théâtre. Il ne s’en prive pas dans "JSA (Joint Security Area)" dont le sujet, l’inextricable schisme entre les deux Corée, se prête à loisir. L’intrigue militaire et diplomatique offre toutefois une évocation émouvante du sentiment d’amour-haine auquel semble soumis chaque Coréen, qu’il soit du Nord ou du Sud. C’est sans doute le seul point commun qui rassemble les deux populations dans une même douleur, et ce qu’expose Park Chan-Wook.

"Méridionaux de l’Asie"

Toute l’action de "JSA" est confinée dans ce périmètre de sécurité où sont condensées toutes les tensions, mais aussi, comme le démontre le film, les rapprochements les plus sensibles. Deux soldats nord-coréens vont ainsi accueillir dans leur casemate deux de leurs "ennemis" sud-coréens. Ils vont fraterniser, se dénommer "frères", s’accoler, jouer ensemble et l’on frole par moments un sentiment amoureux…
JSA (Joint Security Area) de park Chan-Wook

JSA (Joint Security Area) de park Chan-Wook

© La Rabbia
Ils concèdent faire partie d’un même peuple, mais les choses se gâtent, dès que l’idéologie politique des deux Etats vient sur la table.Si le sujet est grave, Park Chan-Wook ne le traite pas avec gravité. Comme c’est souvent le cas dans ses films, il fait usage d’un humour typique à l’esprit coréen qui identifie parfois ce peuple à des "méridionaux de l’Asie", par leur faconde. Les allusions scatologiques ne sont également pas rares, et donne le ton des échanges entre les protagonistes. Mais au-delà du sujet et de ses enjeux, c’est dans sa mise en scène que le cinéaste convainc le plus. La composition de plans somptueux, et un montage sophistiqué des plus pertinents, participent ainsi d’une dramaturgie poignante.
JSA (Joint Security Area) : l'affiche 

JSA (Joint Security Area) : l'affiche 

© La Rabbia

LA FICHE

Genre : Thriller / Drame
Réalisateur : Park Chan-Wook
Pays : Corée du Sud
Acteurs :  Song Kang-Ho, Byung-Hun Lee, Yeong-ae Lee
Durée : 1h50
Sortie : 27 juin 2018
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Synopsis :A la suite d'une fusillade dans la Zone Commune de Sécurité (Joint Security Area) séparant les deux Corée : deux soldats de l’armée nord-coréenne sont retrouvés morts. Cette affaire donne lieu a un incident diplomatique majeur entre les deux pays. Afin que la situation ne dégénère pas, une jeune enquêtrice suisse est chargée de mener les auditions des soldats qui étaient en poste... Elle se rend très vite compte que les divers témoignages rendent l’enquête complètement indémêlable… Que s’est-il vraiment passé, ce soir-là, entre les soldats des deux Corée, dans la Zone Commune de Sécurité ?