"Comme des rois" : Kad Merad bouleversant en père dans la galère

Par @Culturebox
Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 30/04/2018 à 18H19, publié le 29/04/2018 à 18H14
Kacey Mottet Klein et Kad Merad dans "Comme des rois" de Xabi Molia

Kacey Mottet Klein et Kad Merad dans "Comme des rois" de Xabi Molia

© Guy Ferrandis

Depuis "Je vais bien, ne t’en fais pas" (Philippe Lioret, 2006), Kad Merad a accédé à un registre dramatique. Avec "Comme des rois" de Xavi Molia ("Les Conquérants"), il franchit encore un pas dans ce cadre en s’immergeant totalement dans un personnage de père emmenant dans sa galère un fils déterminé à s’en sortir, Kacey Mottet Klein ("L’Echange des princesses"), tout aussi performant.

La note Culturebox

4
4/5

Portrait de famille

Xavi Molia, scénariste et réalisateur, mène de main de maître son récit, dans sa construction et son évolution. Un père (Kad Merad), en rupture de paiement de loyer, vit dans une cité de banlieue, avec sa femme (Sylvie Testud, toujours remarquable, mais trop discrète), et ses enfants. Menacé physiquement par ses bailleurs, il entraîne son grand fils Mika (Kacey Mottet Klein) dans des petites arnaques. Mais ce dernier a d’autres ambitions : devenir acteur. Il s’inscrit dans une école à Paris, mais il faut de l’argent et son père s’engage à l’aider…
"Comme des rois" : la bande annonce
Très beau portrait paternel que dresse Xavi Molia de cet homme désespéré et aimant, de sa femme, de sa famille, de son fils ainé. Il touche au paroxysme, dans son investissement maladroit mais sincère, selon des méthodes détournées, mais morales. C’est une des pièces au crédit de "Comme des rois" que de ne jamais mettre en porte-à-faux Joseph par rapport à ses agissements, répréhensibles aux yeux de la loi, mais justifiés au regard de sa situation. Homme de plus de 50 ans, en rupture de travail, menacé, père de famille, responsable, mais déphasé.

Reportage : M. Berrurier / S. Gorny / A. Dupont / E. Defever

https://videos.francetv.fr/video/NI_1227801@Culture

Menteur par protection

Aucun misérabilisme dans le film. Mais l’exposition d’une situation réaliste, sans naturalisme, juste. A laquelle participent grandement les scènes familiales auxquelles contribue à la perfection Sylvie Testud, dans la justesse de cette mère ignorante des agissements de son mari, menteur par protection. Car il se cache des petits larcins commis avec leur fils, pour les sortir de la galère, alors que Mika ne cherche qu’à sortir de ce cercle vicieux. Merad, avec humour, est de ce point de vue remarquable, jouant sur les deux tableaux qui partipent de son rôle. Il n'en est que plus sensible.
Kacey Mottet Klein et Kad Merad dans "Comme des rois" de Xabi Molia

Kacey Mottet Klein et Kad Merad dans "Comme des rois" de Xabi Molia

© Haut et Court
La conclusion participe du principe, après une dernière tentative de larcin déjoué, lors d’une scène pleine de suspens qui verse le film dans le thriller. Un thriller social, où Kad Merad est remarquable, dans son échange avec les policiers, menteur et ému par la situation dans laquelle il a mis son fils. Arrivé au terme de leur aventure commune, que l’on ne dévoilera pas, ce père affecté comprend son fils, en est admiratif et lui laissera carte blanche, reconnaissant son talent. Un beau message d’espoir. Emouvant.
"Comme des rois" : l'affiche

"Comme des rois" : l'affiche

© Haut et Court

LA FICHE

Genre : Drame
Réalisateur : Xabi Molia  
Pays : France
Acteurs : Kad Merad, Kacey Mottet Klein, Sylvie Testud, Tiphaine Daviot, Clément Clavel, Amir El Kacem
Durée : 1h24
Sortie : 2 mai 2018

Synopsis : Joseph ne parvient pas à joindre les deux bouts. Sa petite entreprise d’escroquerie au porte-à-porte, dans laquelle il a embarqué son fils Micka, est sous pression depuis que le propriétaire de l’appartement où vit toute sa famille a choisi la manière forte pour récupérer les loyers en retard. Joseph a plus que jamais besoin de son fils, mais Micka rêve en secret d’une autre vie. Loin des arnaques, loin de son père...