"21 nuits avec Pattie" des frères Larrieu, une comédie jouissive

Par @Culturebox
Mis à jour le 25/11/2015 à 11H05, publié le 22/11/2015 à 10H38
Karin Viard et André Dussolier dans "21 nuits avec Pattie"

Karin Viard et André Dussolier dans "21 nuits avec Pattie"

© Pyramide Distribution

Avec "21 nuits avec Pattie", Arnaud et Jean-Marie Larrieu reviennent dans l'Aude, où ils avaient réalisé leur premier long métrage, "Fin d'été", en 1999, pour nous livrer une comédie toute en chaleur et en fantaisie.

La note Culturebox

5
5/5
Un petit bijou réjouissant d'insanités. Voilà comment pourrait se résumer cette comédie des frères Larrieu. Ce film, c'est surtout l'histoire de Pattie (Karin Viard), femme du sud un peu volage qui se plaît à raconter à qui veut bien l'entendre ses expériences avec les hommes du coin. Des histoires de sexe qui se racontent mais ne se montrent pas. Un de ces films (réussis) sur la parole. Nul besoin d'image. Il faut dire que les expressions de cette si enjouée et chaleureuse Pattie en suggèrent déjà suffisamment.

Un film où les morts ont un visage

Surtout pour Caroline (Isabelle Carré), une parisienne d'une quarantaine d'années un peu éteinte et complètement paumée dans ce petit village du sud de la France où tout n'est qu'exubérance, matière et sensualité. Car là-bas, il faut bien l'avouer, c'est un peu la cour des miracles. Il y a André (Denis Lavant), l'idiot du village. Avec lui, on comprend un mot sur dix. Peu importe, lui aussi, a eu l'occasion de mettre à Pattie "son petit coup derrière la molette". Il y également toute une bande de joyeux lurons tous plus farfelus les uns que les autres.
Karin Viard, Isabelle Carré et Denis Lavant dans "21 nuits avec Pattie"

Karin Viard, Isabelle Carré et Denis Lavant dans "21 nuits avec Pattie"

© Pyramide Distribution
C'est là, avec eux, que Caroline doit organiser les funérailles de sa mère (Mathilde Monnier). Car dans ce film, les morts ont aussi un visage. Et un corps. Mais celui-ci va disparaître. Pour le gendarme un peu loufoque intervenu sur place, aucun doute, c'est l'œuvre d'un nécrophile. Oui, "ce genre de monstre existe bien" d'après Jean (André Dussolier), "ami" de la mère décédée. Une défunte qui ne va pas tarder à refaire son apparition. Sous la forme d'un fantôme.
 
Et voilà que la comédie bascule, en deux temps trois mouvements, dans le fantastique, quelque part où le réel se mélange avec l'onirique. Dans un conte tout à la fois dionysiaque, morbide et il faut bien l'avouer, un peu scabreux.

Personnage dédoublé

Dans "Les derniers jours du monde" et "L'amour est un crime parfait", les frères Larrieu avait déjà eu recours à l'onirique, surtout pour éviter toute forme d'explication psychologique. C'est encore le cas. Un infâme personnage a-t-il emporté le corps ? La mère est-elle partie de son propre chef ? Ce qui est sûr, c'est que l'apparition du sympathique Jean, que Caroline prend pour l'écrivain Jean-Marie Le Clézio finit de semer le trouble. Pas de quoi effrayer Pattie qui trouve ça même "assez flateur d'être encore désirée quand on est morte".
André Dussolier dans "21 nuits avec Pattie"

André Dussolier dans "21 nuits avec Pattie"

© Pyramide Distribution
André Dussolier est impressionnant de précision en monstre exquis. Et les frères Larrieu démontrent une nouvelle fois tout leur talent dans la direction d'acteurs. Pattie est tout simplement savoureuse. On prend un malin plaisir à entendre ce genre d'immondice sortir de la bouche de cette si distinguée Karin Viard. Enfin distinguée, c'est beaucoup dire tant l'actrice semble prendre elle aussi une certaine jouissance à camper ce genre de personnage. C'était déjà le cas dans le précédent film des frères Larrieu, "L'Amour est un crime parfait". C'est encore le cas dans celui de Julie Delpy sorti il y a quelques semaines, "Lolo".

Isabelle Carré est elle lumineuse dans le rôle de cette femme qui avance doucement, mais franchement dans le territoire du désir comme dans un monde nouveau. Sorte de personnage dédoublé, les partitions des actrices se mêlent à merveille dans cette petite chansonnette du sud toute délurée. La nature même, filmée comme à l'accoutumée avec soin par les frères Larrieu, devient sensuelle. Et on se dit que nous aussi on aurait bien aimé divaguer avec eux, bercés par le chant des cigales, s'il n'y avait pas ce monstre en errance dans les parages. 
Comédie de Arnaud et Jean-Marie Larrieu – Avec Isabelle Carré, Karine Viard, André Dussolier et Sergi López. Durée : 1h55 – Sortie : 25 novembre
 
Synopsis : Au cœur de l’été, Caroline, parisienne et mère de famille d’une quarantaine d’années, débarque dans un petit village du sud de la France. Elle doit organiser dans l’urgence les funérailles de sa mère, avocate volage, qu’elle ne voyait plus guère. Elle est accueillie par Pattie qui aime raconter à qui veut bien l’écouter ses aventures amoureuses avec les hommes du coin. Alors que toute la vallée se prépare pour les fameux bals du 15 août, le corps de la défunte disparait mystérieusement.

https://videos.francetv.fr/video/NI_564162@Culture