"Match retour" : Stallone et De Niro, les rois du ring

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Publié le 21/01/2014 à 10H36
Robert De Niro et Sylvester Stallone sur le ring dans "Match retour" de Peter Segal

Robert De Niro et Sylvester Stallone sur le ring dans "Match retour" de Peter Segal

© Warner Bros Entertainment

Spécialiste de la comédie ("Amour et amnésie", "Max la menace"...) Peter Segal traite avec humour cette rencontre au sommet de deux monstres sacrés d'Hollywood, Sylvester Stallone et Robert De Niro, auxquels il adjoint Kim Bassinger, plutôt discrète sur les écrans depuis des lustres. S'agissant du monde de la boxe, Rocky et Raging Bull reprennent donc du service pour le meilleur et pour le rire.

De Peter Segall (Etats-Unis), avec :  Sylvester Stallone, Robert De Niro, Kevin Hart, Kim Bassinger - 1h53 - Sortie : 22 janvier 2004

Synopsis Henry "Razor" Sharp et Billy "The Kid" McDonnen sont deux boxeurs de Pittsburgh propulsés sous le feu des projecteurs grâce à leur rivalité ancestrale. Chacun a eu l'occasion de battre son adversaire à l'époque de sa gloire, mais en 1983, alors qu'ils s'apprêtaient à disputer un troisième match décisif, Razor a soudain annoncé qu'il arrêtait la boxe : sans explication, il a ainsi brutalement mis fin à leur carrière à tous les deux. Trente ans plus tard, le promoteur de boxe Dante Slate Jr., y voyant une occasion de gagner beaucoup d'argent, leur fait une offre irrésistible : monter sur le ring pour obtenir leur revanche une bonne fois pour toutes.
"Match retour" : la bande-annonce
Syndrome "Space Cowboy"
Le film de sport est un genre en soit dans le cinéma américain, où la boxe tient une place de choix (« Rocky », « Raging Bull », « Fighter », « Billion Dollars Baby », jusqu’à « Real Steel » qui envoyait sur le ring des robots…). « Match retour » joue la carte de la comédie en remettant sur selle deux grands interprètes de boxeurs qui ont marqué le genre, Sylvester Stallone et Robert De Niro, la soixantaine bien tapée. On y retrouve comme un air de « Space Cowboy » de Clint Eastwood, où la Nasa faisait appel à des vétérans de la conquête spatiale des années 60, en 2000.

Le réalisateur Peter Segal confie que sans la participation de Stallone et De Niro, le film ne se serait pas fait. En effet, une grande partie de l’intérêt de « Match retour » repose sur ce casting royal et référentiel au cinéma sur la boxe. Sans eux se justifierait-il ? Sans doute pas. Il faut dire que leurs rôles renvoient aux boxeurs qu’ils ont incarnés. Stallone réendosse un rôle de looser sur le chemin de la rédemption, à la Rocky Balbao, et De Niro, un winner mégalo à la Jack la Motta (Raging Bull). L’auto parodie est donc un des moteurs essentiels du film. Il y réussit plutôt bien.
Sylvester Stallone, Kim Bassinger et Robert De Niro dans "Match retour" de Peter Segal

Sylvester Stallone, Kim Bassinger et Robert De Niro dans "Match retour" de Peter Segal

© Warner Bros Entertainment
Pugila
« Razor » Sharp (Stallone) et « The Kid » McDonnen se détestent depuis leurs combats sur les rings d’il y a trente ans. Si le second accepte d’emblée de renfiler les gants, c’est par flagornerie envers son ennemi, ce dernier y étant contraint par manque d’argent. Il ya donc un bon et un méchant. Mais Segal parvient à adoucir le trait en mettant en jeu un contexte familial, au cœur duquel se trouve Saly (Kim Basinger, toujours rayonnante). Mais il vaut mieux ne pas en dire plus, pour ne pas gâcher la surprise.

« Match retour » reste une comédie bien dans les clous, avec quelques moments jubilatoires, comme la scène de motion capture, où Stallone et De Niro sont revêtus de combinaisons vertes recouvertes de capteurs, afin de reconstituer en jeu vidéo leur style de boxe. Leur rencontre finira en pugilat sur le plateau. La situation est bien entretenue, malgré une baisse de tension quand, aux trois quarts du film, « Razor » est prêt à jeter l’éponge au moment où il retrouve Saly. Le film n’en reste pas moins agréable avec un duo d’acteurs qui jouent le jeu.