Le cinéma français de nouveau en haut de l’affiche en Chine

Par @Culturebox
Mis à jour le 30/01/2018 à 20H10, publié le 28/01/2018 à 17H53
15 millions de Chinois ont vu un film français en 2017. 

15 millions de Chinois ont vu un film français en 2017. 

© Culturebox - capture d'écran

Après une année 2016 morose, le cinéma français retrouve des couleurs en Chine. Le pays est redevenu en 2017 le premier marché à l'exportation pour le 7e art français. Mais les recettes sur place restent encore marginales en raison notamment des quotas imposés aux films étrangers.

Les Chinois aiment la France et son cinéma. L’an dernier, 15 millions de Chinois ont vu un film tricolore, dont 12 millions rien que pour la superproduction de Luc Besson "Valerian et la cité des mille planètes", record absolu pour un film français en Chine. "Les Chinois associent beaucoup le cinéma français au romantisme et à la vie bourgeoise. Mais en fait, les films français sont de plus en plus variés, les comédies en particulier ont du succès", explique Bin Xu, PDG de Hishow Distribution, qui a également distribué en 2017,"Santa et compagnie" d’Alain Chabat et le film d’animation "Ballerina", qui a franchi la barre du million d’entrées dans l'Empire du milieux.

Reportage : A. Miguet / G. Caron / J. Jankowski / C. Jing

https://videos.francetv.fr/video/NI_1173599@Culture

Censure et quotas

Pas facile pour un film étranger de se frayer un chemin jusqu’aux salles obscures chinoises. A cause de la censure déjà, toujours très active, mais aussi en raison de quotas drastiques. En effet chaque année, le pays limite le nombre de visas d’exploitation à 70 films étrangers seulement, laissant au final peu de place à la production hexagonale. L’an dernier, les films français diffusés en Chine ont généré 57 millions d’euros de recettes. Une goutte d'eau quand on sait que le box-office chinois frôle les 8 milliards d'euros.

Pour un pays qui ouvre 27 salles de cinéma par jour, qui a plus de 50 000 écrans sur tout son territoire, c’est un peu dommage de n’avoir que 6 ou 7 films français distribués par an. Nous avons un travail de persuasion à faire auprès des autorités chinoises.

Robert Lacombe, conseiller culturel à l’Ambassade de France et directeur de l'Institut français en Chine