Cannes 2018 : Gaspard Noé, Isabelle Adjani et Nicolas Cage à la Quinzaine des réalisateurs

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 17/04/2018 à 18H42, publié le 17/04/2018 à 17H40
Quinzaine des réalisteurs : l'affiche 2018 (50 ans)

Quinzaine des réalisteurs : l'affiche 2018 (50 ans)

© DR

Pour ses 50 ans d’existence, la Quinzaine des réalisateurs, section parallèle du Festival de Cannes, a sélectionné les nouveaux films de Gaspar Noé, Pierre Salvadori, Romain Gavras ou encore Philippe Faucon. De nombreux films en langue espagnole auront par ailleurs la part belle, alors qu’un Carrosse d’or, prix honorant l’œuvre d’un cinéaste, sera remis à Martin Scorsese.

Six films français et autant en langue espagnole

Vingt films au total, dont six français et autant en langue espagnole – en provenance d'Espagne, d'Argentine, ou de la Colombie - ont été retenus par les équipes d'Edouard Waintrop, le délégué général, dont c'est la dernière année à la tête de la Quinzaine. Il sera remplacé l’an prochain par l'Italien Paolo Moretti, qui a notamment travaillé pour la Mostra de Venise.

Saluant "la liberté absolue" dont il a bénéficié pendant sept ans, M. Waintrop a choisi de présenter pour cette édition "Climax", le nouveau film du sulfureux Gaspar Noé ("Love", "Irréversible", "Enter the Void", Seul contre tous"). Le film tourne autour d’un groupe de danseurs urbains rassemblés pour une dernière fête, drogués malgré eux et qui se retrouvent, les uns au paradis, les autres en enfer…
Pio Marmai et Adèle Haenel dans "En liberté" de Pierre Salvadori

Pio Marmai et Adèle Haenel dans "En liberté" de Pierre Salvadori

© Claire Nicol
"En liberté !", une comédie de Pierre Salvadori avec Adèle Haenel, Pio ,Marmaï et Audrey Tautou, "Amin" de Philippe Faucon, trois ans après le succès de "Fatima", "Les confins du monde" de Guillaume Nicloux sur la guerre d'Indochine avec Gaspard Ulliel en vedette. On attend également beaucoup de "Le monde est à toi" de Romain Gavras (fils du réalisateur Costa gavras).  Au générique de ce polar qui parle de banlieues, figurent Isabelle Adjani, Vincent Cassel et Oulaya Amamra révélée dans "Divines" (Caméra d'or 2016) réalisé par sa soeur Houda Benyamina. Compte également dans cette sélection française, un premier film, "Joueurs" de Marie Monge.

"On va beaucoup parler espagnol cette année", a souligné mardi le délégué général lors de la conférence de presse présentant cette 50e sélection. C'est un film colombien, "Les oiseaux de passage" de Ciro Guerra et Cristina Gallego, qui va ouvrir la Quinzaine.
"Les Oiseaux de passage" : la bande annonce
Autres films sélectionnés: "Carmen y Lola", une histoire d'amour entre femmes dans le milieu gitan, réalisée par une cinéaste espagnole, "Buy me a gun", un "mélange entre Peter Pan et Mad Max" au Mexique, selon les termes du sélectionneur ou encore "Petra", qui parle de la Catalogne.

Martin Scorsese très attendu

L'animation sera au rendez-vous avec "Mirai, ma petite sœur" du Japonais Maromu Hosoda. Le cinéma de genre sera lui représenté par le film américain "Leave no trace", avec Nicolas Cage. L'autre représentant américain de la sélection sera "Leave no trace" de Debra Granik ("Winter's bone"), déjà projeté à Sundance.

Enfin, le Tunisien Mohamed Ben Attia, récompensé à Berlin pour "Hedi, un vent de liberté", viendra présenter son nouveau film "Mon cher enfant".
"Mean Street" : la bande annonce
Enfin, grand moment pour la Quinzaine, mais aussi du festival, le jour de son ouverture, le 9 mai, est consacré à Martin Scorsese à qui sera remis le Carrosse d’or qui récompense un réalisateur pour l’ensemble de son œuvre. La Société française des réalisateurs de film (SFRF) a choisi de projeter "Mean Streets", révélé à la Quinzaine des réalisateurs en 1974, suivie d'une "conversation" avec le cinéaste, puis de la remise du prix.

Après "Mean Streets", Martin Scorsese avait décroché la Palme d'or à Cannes en 1976 pour "Taxi Driver", puis le prix de la mise en scène en 1986 pour "After Hours".