"Je suis de retour" : Arnold Schwarzenegger va bien après une opération du coeur

Par @Culturebox
Mis à jour le 31/03/2018 à 11H03, publié le 30/03/2018 à 21H07
Arnold Schwarzenegger en mars 2018.

Arnold Schwarzenegger en mars 2018.

© Damian Dovarganes/AP/SIPA

"Je suis de retour", a lancé Arnold Schwarzenegger, qui venait de se réveiller d'une opération à coeur ouvert à 70 ans, selon les déclarations vendredi du porte-parole de la star de "Terminator".

"Je suis de retour", une référence évidente à la célèbre maxime "I'll be back" (je serai de retour), que prononce Arnold Schwarzenegger dans "Terminator", ont été les premiers mots de l'acteur et ex-gouverneur de Californie. "Il a un bon moral", a écrit sur son compte Twitter Daniel Ketchell, son porte-parole, qui a tenu à rassurer sur l'état de santé de l'acteur, hospitalisé jeudi à Los Angeles pour une opération à coeur ouvert.

"Une valve du gouverneur Schwarzenegger a été remplacée avec succès et il se remet actuellement de l'opération et est dans un état stable", a indiqué Daniel Ketchell. 

Selon lui, l'opération était prévue, il s'agissait de remplacer une valve vieillissante, qui avait elle-même été implantée en 1997 lors d'une précédente opération.

"Monsieur muscles"

Né en Autriche en 1947, arrivé aux Etats-Unis en 1968, le "monsieur muscles" de Hollywood est une personnalité aux multiples facettes : acteur, homme politique, défenseur de l'environnement ou encore plus récemment détracteur du président Trump.

Passionné de culturisme, le jeune Arnold à participé à des concours de musculation dès la fin de son service militaire. A 20 ans, le colosse de 1,88 m remportait son premier titre de "Monsieur Univers" à Londres.

Au cinéma, la carrière américaine d'Arnold Schwarzenegger démarre dans les années 1970 où il joue dans de médiocres série B.

Du cinéma à la politique

En 1982, c'est avec "Conan le barbare" qu'il éclate vraiment dans le registre qui fera son succès, le film d'action, une filon qu'il exploitera sans relâche durant toute sa carrière.
Devenu américain en 1983, il attrape le virus de la politique et s'affiche très tôt comme républicain, un positionnement atypique à Hollywood, terre démocrate.

Après avoir longtemps privilégié sa carrière d'acteur, il fait le grand saut en 2003 et se présente à l'élection du gouverneur de Californie. Il se dit "conservateur" en économie mais "progressiste" pour certaines questions de société, attitude qui séduit les électeurs californiens, normalement acquis aux démocrates.

Elu en 2003, aisément reconduit en 2006, il est ensuite retourné au cinéma, avec toujours le film d'action en fil conducteur, notamment dans la saga "Expendables". Il a même travaillé à de nouveaux volets de "Terminator" et de "Conan".

Anti-Trump

Mais Arnold Schwarzenegger reste impliqué en politique, notamment en faveur de l'environnement. En juin 2017, après la décision de Donald Trump de retirer les Etats-Unis de l'accord de Paris, l'acteur a appelé à "la croisade environnementale" à l'issue d'une rencontre avec le président français Emmanuel Macron.

Les passes d'armes sont d'ailleurs régulières entre les deux Américains depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump.