Accusé de harcèlement chez Disney, John Lasseter rejoint les studios Skydance

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 10/01/2019 à 20H22, publié le 10/01/2019 à 20H17
John Lasseter en 2016 quand il était directeur artistique de Pixar et Disney Animation.

John Lasseter en 2016 quand il était directeur artistique de Pixar et Disney Animation.

© Mike Windle / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Ancien directeur artistique de Disney Animation, le réputé génial John Lasseter ("Cars", "Toy Story"), avait dû quitter ses fonctions après des accusations de harcèlement sexuel. Un temps à l'écart de l'industrie du cinéma, il a été recruté par le groupe Skydance pour prendre la tête de ses studios d'animation.

L'homme était considéré parmi les plus influents du cinéma d'animation. Il a révolutionné les techniques des films d'animation. Ancien directeur artistique de Pixar et Walt Disney animation studios, il est aussi le réalisateur de "Toy Story", "1001 pattes" et "Cars". Il vient d'être recruté par le groupe Skydance pour prendre la tête de ses studios d'animation. Créés en 2017, les studios d'animation Skydance travaillent sur deux projets de long métrage, "Luck", réalisé par Alessandro Carloni ("Kung Fu Panda 3") et une oeuvre encore sans titre réalisée par Vicky Jenson ("Shrek").

Vives critiques du mouvement "Time's Up"

"John a un talent créatif et exécutif unique en son genre, dont on ne dira jamais assez à quel point il a eu un impact sur l'industrie de l'animation", déclare dans un communiqué David Ellison, directeur général de Skydance Media, qu'il a fondé en 2010. "C'est lui qui a fait entrer l'animation dans l'ère du numérique" avec Toy Story en 1995, le premier long métrage entièrement réalisé par ordinateur, relève le communiqué, qui qualifie John Lasseter de "visionnaire". John Lasseter, 62 ans cette semaine, a notamment permis à Pixar de passer de simple appendice de Lucasfilm à l'un des studios d'animation les plus célèbres au monde, multi-oscarisé et racheté par Disney.

Skydance a souligné avoir mûrement réfléchi avant de prendre cette décision qui était déjà critiquée mercredi par le mouvement "Time's Up" ("L'heure a sonné"), créé dans la foulée de l'affaire Weinstein pour venir en aide aux victimes d'agression sexuelle et de harcèlement. 

John Lasseter avait présenté ses excuses 

Il avait annoncé prendre un long congé sabbatique après des comportements douteux, tels que des "étreintes non consenties", envers des employées de Disney. John Lasseter avait présenté ses excuses et reconnu "avoir échoué" à insuffler une culture "de la confiance et du respect" dans ses studios. "J'ai passé l'année dernière à l'écart de l'industrie, dans une profonde réflexion, apprenant comment mes actions avaient involontairement mis des collègues mal à l'aise", affirme Lasseter dans le communiqué de Skydance, où il présente de nouveau ses regrets et excuses.

"Je suis déterminé à construire un studio d'animation fondé sur la qualité, la sécurité, la confiance et le respect mutuel", dit-il. Mais pour "Time's Up", ce recrutement ne fait que "perpétuer un système bancal qui permet à des hommes puissants d'agir en toute impunité". "Skydance Media offre une position de pouvoir, de prestige et de privilèges à un homme qui a été à plusieurs reprises accusé de harcèlement sexuel au travail", accuse l'organisation dans un communiqué.