Andrzej Wajda prépare un film sur le peintre avant-gardiste Władysław Strzeminsk

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 25/02/2014 à 18H30, publié le 25/02/2014 à 18H23
Le peintre polonais Władysław Strzeminski (1893-1952)

Le peintre polonais Władysław Strzeminski (1893-1952)

© National Digital Archives

Le réalisateur polonais Andrzej Wajda (« L’homme de fer », « Danton »…), a annoncé préparer un biopic sur le peintre Władysław Strzeminski, connu pour son implication dans la peinture d'avant-garde polonaise dans les années 20-30 et ses persécutions subies par le régime communiste à partir de 1950.

Le cinéaste a rencontré la maire de la ville de Lodz Hanna Zdanowska pour discuter d’un éventuel support de la ville dans ce projet. Né en 1926, Wajda dit « ne plus avoir beaucoup de temps,  mais (je) pense pouvoir encore réaliser un ou deux films. L’un d’eux est mon projet sur Strzeminski.”
Cubisme (1921) de Władysław Strzeminski

Cubisme (1921) de Władysław Strzeminski

© Musée des Beaux-Arts de Lodz
Władysław Strzeminski est né en 1893 à Minsk et mourut à Lodz en 1952. Professeur, écrivain sur l’art, peintre, il est considéré comme l’un des pionniers du Constructivisme au sein de l’avant-garde polonaise des années 20 et 30. Il est également à l’origine du mouvement « Unism ». Il fut renvoyé de son poste d’enseignant de l’Université d’Art de Lodz pour son non conformisme à la doctrine du réalisme socialiste promue par Moscou. Il devint rapidement la victime du régime polonais qui l’empêcha de travailler à son art jusqu’à ce qu’il meurt de faim en 1952.
"Composition architecturale" (1929), Władysław Strzeminski

"Composition architecturale" (1929), Władysław Strzeminski

© DR
Le service de presse de la ville de Lodz a annoncé qu’elle était prête à cofinancer le projet. Les investisseurs ne sont pas encore connus et le scénario est en cours de développement. Wajda rappelle que “Strzeminski est une des principales victimes du réalisme socialisme ». « Ecrire le scénario est un challenge, mais je pense que cette histoire peut être portée à l’écran.  Strzeminski était un grand peintre, unique et mal connu hors de Pologne. Il était professeur à l’école de cinéma où j’ai étudié. Je ne l’ai jamais revu après son éviction, mais j’ai continué à m’intéresser à son art après ce départ forcé », se souvient Andrzej Wajda.