Affaire Harvey Weinstein : l'ancien producteur inculpé pour viol et agression sexuelle et relâché sous caution

Par @Culturebox
Mis à jour le 26/05/2018 à 11H41, publié le 25/05/2018 à 12H01
Harvey Weinstein arrive dans la salle pour son audience au tribunal de New-York, après avoir été inculpé vendredi matin pour viol et agression sexuelle.

Harvey Weinstein arrive dans la salle pour son audience au tribunal de New-York, après avoir été inculpé vendredi matin pour viol et agression sexuelle.

© STEPHANIE KEITH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Sept mois après les premières accusations d'abus sexuels contre lui, l'ancien producteur de cinéma Harvey Weinstein s'est livré à la justice new-yorkaise vendredi. Celui qui fut une figure influente d'Hollywood a été inculpé pour viol et agression sexuelle, à la satisfaction de plusieurs figures du mouvement #MeToo.

L'affaire Weinstein est au cœur de l'actualité depuis maintenant sept mois. Sept mois au cours desquels, nombre de victimes se sont révélées, dévoilant une liste délirante. Harvey Weinstein a enfin été inculpé pour un viol datant de mars 2013 à New York, et pour avoir forcé une autre femme à lui faire une fellation en 2004

Harvey Weinstein, 66 ans, est arrivé peu avant 7h30, heure locale, au commissariat du sud de Manhattan. Après son enregistrement et la prise de ses empreintes digitales, il est ressorti menotté du commissarait afin d'être transféré vers le tribunal pour être présenté à un juge. Il a été ensuite été remis en liberté, moyennant une caution d'un million de dollars cash, le port d'un bracelet électronique et la remise de son passeport aux autorités.

Sujet : S. Soula, E. Urtado

https://videos.francetv.fr/video/NI_1241027@Culture

Weinstein va plaider "non coupable"

L'avocat d'Harvey Weinstein, Ben Brafman a déclaré que le producteur déchu allait plaider "non coupable" aux chefs d'accusation de viol et d'agression sexuelle portés contre lui. "Nous avons l'intention, d'agir très vite pour que les poursuites soient abandonnées", a indiqué le ténor du barreau new-yorkais, connu pour avoir défendu et obtenu l'abandon des poursuites contre Dominique Strauss-Kahn dans l'affaire du Sofitel en 2011.

En mars, le célèbre défenseur avait déclaré dans le but de défendre Weinstein : "Si une femme décide qu'elle a besoin d'avoir des relations sexuelles avec un producteur d'Hollywood afin de faire avancer sa carrière, et qu'elle le fait en effet, et qu'elle trouve tout ça dégoûtant, ce n'est pas du viol."Depuis les premières révélations contre lui à l'automne 2017, plus d'une centaine de femmes, dont les actrices Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow, Rose McGowan ou Asia Argento, ont affirmé qu'il avait abusé d'elles sexuellement, des accusations qui vont du harcèlement au viol. 

Sujet : M. Burgot, L. Piquet, P-M. de la Foata

https://videos.francetv.fr/video/NI_1241023@Culture

"Aujourd'hui, nous avons fait un pas de plus vers la justice"

"J'avais perdu espoir de voir notre violeur rendre des comptes devant les tribunaux", a déclaré Rose McGowan jeudi soir. "Aujourd'hui, nous avons fait un pas de plus vers la justice". Tarana Burke, fondatrice du #MeToo, a également réagi. "C'est super cathartique pour beaucoup de victimes. Nous assistons peut-être à un changement dans la façon dont les affaires de violences sexuelles sont traitées."

"Weinstein fait aujourd'hui son premier pas vers une inévitable descente aux enfers. Nous, les femmes, avons enfin un vrai espoir de justice", a tweeté l'actrice Asia Argento, qui affirme avoir été violée par Weinstein à Cannes en 1997.

Au fil des révélations publiées par le New York Times et le New Yorker, tous deux récompensés par le prix Pulitzer pour leurs enquêtes, il est apparu que Weinstein avait usé de son pouvoir pour obliger de jeunes actrices ou aspirantes actrices à céder à ses fantasmes sexuels. Parfois même à l’aide de ses employés. Il aurait également acheté le silence de certaines victimes via des accords de confidentialité. 


Son avocat "va se battre très dur"
Depuis mars, la pression montait sur le procureur de Manhattan Cyrus Vance montait pour qu'il inculpe. Le mouvement "Time's Up", fondé pour aider les victimes de harcèlement ou d'agressions sexuelles, avait notamment poussé le procureur de l'Etat de New York à lancer "un examen indépendant" des raisons pour lesquelles Vance n'avait pas encore engagé de poursuites. Cet élu démocrate, très critiqué en 2011 pour avoir jeté l'éponge face à Strauss-Kahn, était accusé de reculer devant une bataille judiciaire difficile. 

Car malgré l'inculpation de l'ancien producteur, sa culpabilité est loin d'être acquise, d'autant que son avocat, réputé pour être un des meilleurs de New-York, "va se battre très dur", a expliqué l'avocate Julie Rendelman, spécialiste de ce genre d'affaires. Les procureurs hésitent souvent à inculper, faute de preuves matérielles du non-consentement de la victime présumée, surtout pour une affaire qui remonte à plusieurs années.
Asia Argento et Rose McGowan, toutes deux victimes du producteur, défilent pendant la journée des droits des femmes en Italie le 8 mars 2018.

Asia Argento et Rose McGowan, toutes deux victimes du producteur, défilent pendant la journée des droits des femmes en Italie le 8 mars 2018.

© ALBERTO PIZZOLI / AFP
Weinstein depuis longtemps déchu
L'affaire a encore éclaboussé la semaine dernière le festival de Cannes, où Asia Argento a prononcé un discours incendiaire, disant avoir été violée à Cannes par le producteur américain en 1997. Même si la bataille judiciaire ne fait que commencer, Weinstein est depuis longtemps déchu. The Weinstein Company, le studio co-fondé avec son frère Bob, a été attaqué en justice pour avoir toléré voire facilité le comportement de prédateur sexuel du producteur. Il a été mis en liquidation judiciaire. La femme de M. Weinstein, Georgina Chapman, une styliste britannique ayant co-fondé la maison Marchesa et avec laquelle il a deux enfants, l'a quitté dès les premières révélations. Leur divorce est censé être imminent.