"Monuments Men" : 7 stars dans le commando des "sauveurs de tableaux"

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 11/03/2014 à 17H25, publié le 10/03/2014 à 14H40
Bill Muray, Bob Balaban, George Clooney, Matt Damon et John Goodman dans "Monuments Men" de George Clooney

Bill Muray, Bob Balaban, George Clooney, Matt Damon et John Goodman dans "Monuments Men" de George Clooney

© 20th Century Fox

Quelle affiche ! George Clooney derrière et devant la caméra, Matt Damon, Bill Murray, Cate Blanchett, John Goodman, Jean Dujardin, Hugh Bonneville, Bob Balaban. Wow ! Ils se retrouvent dans l'histoire peu connue du sauvetage de milliers de tableaux et sculptures inestimables à la fin de la Seconde guerre mondiale, pillés par les nazis. Une sorte de "12 salopards" de l'art menée tambour battant.

De George Clooney (Etats-Unis), avec : George Clooney, Matt Damon, Bill Murray, Cate Blanchett, John Goodman, Jean Dujardin, Hugh Bonneville, Bob Balaban - 1h58 - Sortie : 12 mars 2014

Synopsis :  En pleine Seconde Guerre mondiale, sept hommes qui sont tout sauf des soldats – des directeurs et des conservateurs de musées, des artistes, des architectes, et des historiens d’art – se jettent au cœur du conflit pour aller sauver des œuvres d’art volées par les nazis et les restituer à leurs propriétaires légitimes. Mais ces trésors sont cachés en plein territoire ennemi. Pour tenter d’empêcher la destruction de mille ans d’art et de culture, ces Monuments Men vont se lancer dans une course contre la montre, en risquant leur vie pour protéger et défendre les plus précieux trésors artistiques de l’humanité…
"Monuments Men" : la bande-annonce
Un tableau contre une vie
Il y a eu les "7 Samouraïs", les "7 Mercenaires", "Les 12 Salopards", il y a désormais les 7 sauveurs d’art ! S’il est inspiré d’une histoire vraie, "Monuments Men", adapté du roman de Robert M. Edsel, choisit la carte de l’action et de l’humour, sans pour autant passer à côté d’un message sur l’art garant des valeurs de civilisation, en posant la question, une vie humaine vaut elle d’être sacrifiée pour sauver une œuvre ? La question est posée deux fois dans le film avec deux réponses différentes.

La première est bien évidemment non. Comment un tableau, une sculpture, pourrait équivaloir à une vie humaine ? La seconde est plus philosophique. "Tuez des habitants d’une ville, il en reviendra toujours d’autres pour les remplacer. Détruisez un tableau et il sera perdu à jamais, avec tous ceux qu’il incarnait, dans leur temps et leur pensée". Beau sujet pour le Bac Philo. Dans "Monuments Men" deux membres du commando sont tués dans leur mission. Eux, avaient répondu à ce dilemme. Réponse héroïque, mais est-elle justifiée ? Leur sacrifice, et le respect envers lui, penchent pour la seconde option.
Matt Damon et Cate Blanchett dans "Monuments Men" de George Clooney 

Matt Damon et Cate Blanchett dans "Monuments Men" de George Clooney 

© 20th Century Fox
Cas d'école
Si "Monuments Men" pose la bonne question, il la formule sur un ton désinvolte revendiqué. Il se situe dans la lignée des "12 salopards" (1967) de Robert Aldrich qui réunissait déjà une belle brochette d’acteurs composant un commando d’élite hors norme avec humour. Clooney inverse leur nature en remplaçant les têtes brûlées d’Aldrich par des experts en art, qui ne connaissent rien à la guerre, mais qui, comme eux, devront passer par la case instruction. La référence aux "12 Salopards" entraîne dans son sillage celle à "Inglorious Basterds" de Quentin Tarantino, duquel il est plus proche, par leurs dates de sorties, mais aussi dans le fond, ce dernier étant une métaphore autour de l’art cinématographique, sauvegarde de lui-même, face à toutes les barbaries.

Il est étonnant enfin de constater la sortie de "Monuments Men" à une semaine de distance de "Diplomatie" de Volker Schlöndorff, qui traite de la sauvegarde du patrimoine architectural et urbain de Paris à la fin de la Seconde guerre mondiale. Tous deux parlent de la place de l’art face à la sauvagerie et d’une action inespérée en faveur de sa sauvegarde. Clooney traite le sujet avec légèreté, mais non sans fondement, pour sans doute faire passer le message auprès du plus grand nombre. Ce qu’il réussit fort bien avec ce film "de potes" réalisé pour divertir sans pour autant abrutir.