10 ans après "Gomorra", Matteo Garrone va adapter le conte "Pinocchio"

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Publié le 11/05/2018 à 15H50
Matteo Garrone Cannes 2017 © ALBERTO PIZZOLI / AFP

Le réalisateur italien Matteo Garrone, en lice cette année pour la Palme d'or avec "Dogman", va adapter à l'écran le fameux conte pour enfants "Pinocchio". 10 ans après le succès de "Gomorra", changement de registre pour le cinéaste.

Découvert il y a dix ans avec "Gomorra", évocation de la Camorra napolitaine qui lui valu le Grand prix à Cannes en 2008, Matteo Garrone s'attaque à une oeuvre d'un tout autre registre : le conte pour enfants "Pinocchio" de Carlo Collodi. Selon Variety, le tournage démarre en novembre 2018 en Italie. Alors finies les scènes de violences et de tortures ? Contrairement au classique de Disney, le "Pinocchio" de Matteo Garrone risque de ne pas être pour enfants.

via GIPHY

"Pinocchio", conte empreint de "pauvreté et de violence"

"Il y a des pans dans le livre qui m'ont surpris. L'idée est de revenir à l'atmosphère décrite par Collodi à la fin du XIXe siècle. C'est un milieu paysan, un univers empreint de pauvreté et de violence", a indiqué le cinéaste italien au magazine américain Variéty. Ce n'est pas la première fois que Garrone détourne ou, au contraire, révèle la nature d'un conte : "Tale of tales", sortie en 2015, évoquait différents contes issus du recueil "Pentamerone". Entre rêve et cauchemard, un roi fornicateur et libertin, un autre captivé par un animal étrange ou encore, une reine obsédée par son désir d'enfant. Des personnages lumineux aux pensées noires, bercés la bande-originale d'Alexandre Desplat. Le futur "Pinocchio" risque de détonner avec ses adaptations précédentes. 
"Tale of tales" (2015), la bande annonce

Matteo Garrone à Cannes pour "Dogman"

Le roman de Carlo Collodi a déjà fait l'objet de plusieurs adaptations au cinéma et à la télévision, notamment par ses compatriotes Luigi Comencini (1972) et Roberto Benigni (2002).

En attendant, Matteo Garrone sera sur la Croisette avec "Dogman", qui revient sur l'assassinat d'un ancien boxeur devenu chef de gang par un toiletteur pour chiens dans l'Italie de 1988. C'est son quatrième film en compétition au Festival de Cannes.