Carlos Nunez : la bête celte du Gévaudan

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 10/08/2009 à 09H39
Carlos Nunez : la bête celte du Gévaudan

Carlos Nunez : la bête celte du Gévaudan

© Culturebox

https://videos.francetv.fr/video/NI_479119@Culture

La troisième édition du Festival de musique Celtique du Gévaudan s'est tenue
du 5 au 8 août 2009 à Saugues en Haute-Loire.

La Cornemuse n'est donc pas l'apanage unique de ces fiers écossais aux kilts bariolés dont la coupe laisse apparaître des genoux aussi rugueux que la terre de leurs ancêtres.
A l'instar des peuples celtes, l'instrument fétiche a voyagé et s'est intégré dans les bassins de culture originelle au gré des invasions, ou des expansions, et parfois même  en suivant les chemins de pénitence. De Cornemuse, l'instrument est devenu Gaïta en franchissant les Pyrénées. Dans certaines régions ibériques, ce terme peut parfois désigner plus largement des instruments à vents tels que la flûte ou le hautbois.
Cette cornemuse a pris différentes formes lors de son assimilation. Elle possède généralement un seul bourdon, la partie hanche qui vibre toujours sur la même note. La Cornemuse traditionnelle de Galice s'appelle la gaïta galega, mais on trouve d'autres formes comme la gaïta asturiana dans les Asturies, le sac de Gemecs en Catalogne ou la gaïta-de-foles au Portugal. L'Amérique latine possède elle aussi des formes de gaïta héritées des conquêtes espagnoles et portugaises, l'édition 2009 du festival Interceltique de Lorient a d'ailleurs permis d'apprécier le savoir-faire des sonneurs de la marine brésilienne. Plus près des origines géographiques des peuples celtes, on trouve des Gaidas en Grèce, Bulgarie, Slovaquie, Albanie, Serbie et Macédoine. Les écossais sont prévenus, les "Pipes Band" ne sont pas inféconds, puisqu'en près de 3000 ans, ils ont essaimé sur quasiment tous les continents.            

Carlos Nunez au Festival Interceltique de Lorient