La Réserve de Malakoff offre 2000 m2 au street art avant sa démolition

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 14/06/2016 à 15H56
Pendant plusieurs mois, les artistes ont transformé la Réserve de Malkoff en ruche créative pour offrir une oeuvre éphémère et collective aux habitants de la ville 

Pendant plusieurs mois, les artistes ont transformé la Réserve de Malkoff en ruche créative pour offrir une oeuvre éphémère et collective aux habitants de la ville 

© France 3 / Culturebox

A Malakoff dans les Hauts-de-Seine, un hangar de 2000m2 est entièrement dédié aux arts urbains. Sous les poutrelles et les verrières, entre ciment et béton, les street-artists sont invités à faire chauffer les bombes. Le bâtiment voué à démolition accueille jusqu'au 30 octobre 2016 l'exposition "Le Grand 8". 50 univers différents pour un résultat saisissant.

D'habitude, les graffeurs s'emparent d'un mur, ou d'un pan de trottoir, à Malakoff dans les Hauts-de-Seine, 2 000m² de hangars sont mis à leur disposition. Le lieu s'appelle La Réserve et abrite jusqu'au 30 octobre l'exposition éphémère "Le Grand 8". 
Visite guidée de l'exposition collective réalisée par une cinquantaine d'artistes, connus pour certains dans le monde entier. 

Reportage :  F. Malverde / L. Bignalet / M. Susini

https://videos.francetv.fr/video/NI_737599@Culture


Entrez à l'intérieur des oeuvres

Parmi les artistes qui guident la déambulation, Nosbé invite le visiteur à un voyage dans les entrailles d'un tube digestif. "C'est l'une des installations les plus décapantes en entrant dans un estomac où grouille l'animal et l'humain", explique Hanna Ouaziz, co-initiatrice du projet.  
Hanna Ouaziz à l'intérieur de l'installation gigantesque de Nosbé

Hanna Ouaziz à l'intérieur de l'installation gigantesque de Nosbé

© France 3 / Culturebox

Une ruche artistique

Plutôt habitués à travailler en solitaire à la frontière du légal, pour "Le grand 8", les street artists ont joué le jeu du collectif. L'installation permet ainsi de passer dans des territoires totalement différents. "Chaque soir c'était un peu la fête, on discutait du monde, des arts, un peu comme des petites fourmis qui travaillent dans une ruche artistique", raconte Hadrien Bernard dit "Anis", artiste et initiateur du projet.
L'uinvers enchanté et onirique d'Anis

L'uinvers enchanté et onirique d'Anis

© France 3 / Culturebox

Le monde végétal et onirique d'Anis côtoie l'origami monumental de Mademoiselle Maurice, les personnages de Levalet dialoguent avec M. Chat sur l'environnement, l'architecture, l'absurde et l'éphémère.  

Ca me plait de jouer sur ce côté éphémère parce que c'est une manière de se questionner sur l'héritage qu'on laisser derrière nous

Mademoiselle Maurice - Artiste
Levalet 

Levalet 

© France 3 / Culturebox

Avant les bulldozers l'art de la rue s'écrit à la Réserve

A l'automne, la Réserve sera entièrement démolie pour faire place à un projet immobilier. En attendant la destruction, des installations aux couleurs de cinquante artistes ont pris place dans le hangar. 50 tempéraments explosifs ou oniriques ont écrit ensemble une oeuvre collective. Le résultat est impressionnant, toutes les expressions s’entremêlent et se font écho. 
"Le Grand 8" à la Réserve de Malakoff jusqu'au 30 octobre 2016

"Le Grand 8" à la Réserve de Malakoff jusqu'au 30 octobre 2016

© France 3 / Culturebox