"Éternelles Crapules" à Moûtiers : un festival de street art pour donner des couleurs à la "ville noire"

Mis à jour le 23/04/2018 à 12H52, publié le 23/04/2018 à 12H39
Un graff présent à Moûtiers 

Un graff présent à Moûtiers 

© France 3/ Culturebox

Des street-artistes se sont donné rendez-vous à Moûtiers pour les "Éternelles Crapules". Du 2 au 28 avril, le festival recolore les façades de la capitale de la Tarentaise. Les peintures et les graffs ont pour but d'attirer l'attention sur la ville qui voit passer des milliers de touristes en route pour le ski. Des touristes qui s'arrêtent très peu dans celle que l'on surnomme "la ville noire"

Moûtiers, en Savoie, a choisi le street art pour se redonner des couleurs. Jusqu’au 28 avril, les habitants et les touristes découvrent leur commune sous un nouveau jour, grâce à neuf artistes qui sortent les extérieurs de leur torpeur. 

Reportage de M.Feutry/ M.Quemener/ L.Bouchard pour France 3 Alpes 

https://videos.francetv.fr/video/NI_1223257@Culture

Le street art, une nouveauté pour la ville

C’est la première fois que Moûtiers, surnommée la ville noire, organise un festival de street art dans son enceinte. Les façades et les cœurs des habitants reprennent des couleurs au fur et à mesure de l’avancée des peintures. Le street-artiste Cofee explique que c’est une nouveauté complète pour cette ville :

On peut regarder partout autour, il n’y a pas de tags, il n’y a pas de graffs

Cofee

Il était temps que la commune se pare de dessins et s'égaye. Pour mener à bien ce projet, les organisateurs du festival ont lancé une cagnotte Ulule. Leur objectif était de récolter 37 000 euros, pour rémunérer les artistes, financer le matériel et pouvoir communiquer sur leur projet. Les fonds nécessaires ont été rassemblés fin novembre 2017 : ils vont permettre de peindre 2000 m2 de façades à travers la ville.

Un graff dans la ville de Moûtiers

Un graff dans la ville de Moûtiers

© France 3/ Culturebox

Développer l’intérêt artistique de Moûtiers

Ainsi, deux graffeurs de Clermont-Ferrand réalisent une fresque aux dimensions exceptionnelles sur un immeuble de dix étages en dessinant un aigle de trente mètres de haut. La population est ravie de cette initiative. Rino participe à la fresque de l’aigle, il fait du street art depuis quinze ans et pour lui  "la chose la plus importante, c’est de pouvoir faire rayonner les habitants".

L'immeuble de 10 étages, dont la façade est repeinte

L'immeuble de 10 étages, dont la façade est repeinte

© France 3/ Culturebox

Le festival, en plus d’offrir de l’animation dans l’immédiat et de mobiliser Moûtiers, a aussi une vocation future : ces graffs immenses doivent donner aux gens l’envie de s’arrêter. Franck Sergent, le président de la fédération des acteurs économiques de Moûtiers, déplore le manque d’attractivité de la ville. Elle est très passante, située sur la route des stations de ski; pourtant, peu de vacanciers s’arrêtent, ils transitent par la ville, sans en garder un bon souvenir.  
Développer l’intérêt artistique de Moûtiers a donc un sens pour l’activité économique de la commune et pour donner une nouvelle dynamique à la capitale de la Tarantaise et à ses 3 600 habitants.

Un graff sur les murs de Moûtiers 

Un graff sur les murs de Moûtiers 

© France 3/ Culturebox

Le festival se termine le 28 avril avec une soirée de concerts.